A mon seul désir

"Le film joue donc sans cesse entre conte et réalité, pour s’interroger sur notre rapport au désir, que l’on cherche à le susciter ou qu’il nous submerge. " - Lucie Borleteau


Vous n’avez jamais été dans un club de strip-tease ? Mais vous en avez déjà eu envie ... au moins une fois... vous n’avez pas osé, c’est tout. Ce film raconte l'histoire de quelqu'un qui a osé.

Avant-première en présence de Lucie Borleteau, réalisatrice, jeudi 23 mars à 20h15 au Caméo St Sébastien

Bande-annonce

Presse

  • Bientôt

Générique

  • Réalisatrice

    Lucie Borleteau

  • Scénaristes

    Lucie Borleteau et Clara Bourreau

  • Durée

    1h57

  • Pays

    France

  • Date de sortie

    5 avril 2023

  • Distributeur

    Pyramide Distribution

  • Interdit - 12 ans


Acteurs et actrices

  • Zita Hanrot → Mia

    Louise Chevillotte → Aurore

    Laure Giappiconi → Eoldy

    Pedro Casablanc  → Pablo

    Sieme Miladi  → Savannah

    Yuliya Abiss → Sati

    Céline Fuhrer  → Vergine

    Sipan Mouradian  → Afflelou

    Thimotée Robart → Benjamin

    Melvil Poupaud 

    Laurent Levesque


Filmographie

Pour aller plus loin

Entretien avec Lucie Borleteau, réalisatrice

Votre récit débute comme un conte envoûtant, puis instaure une distanciation par un regard caméra. Un peu à la manière d’une séance d’hypnose.

Le scénario débute par l’adresse à la caméra d’Elody, qui est aussi un clin d’œil à la théâtralité. Le côté baroque du film me permettait de tout oser. L’idée que les femmes puissent avoir envie de mettre leur corps en représentation m’a toujours fascinée. Dans l’art en général, et le cinéma en particulier, le corps féminin a abondamment été utilisé comme élément d’envoûtement, comme produit d’appel, avec des variantes selon les époques. En tant que personnage, la strip-teaseuse est souvent présentée comme une victime, ou comme une ensorceleuse. Pour ma part, je souhaitais faire ressentir au spectateur ce que peut éprouver une jeune femme qui se lance dans le strip-tease. Car pour beaucoup - moi incluse -, cela reste un fantasme. Le film joue donc sans cesse entre conte et réalité, pour s’interroger sur notre rapport au désir, que l’on cherche à le susciter ou qu’il nous submerge...

Entretien avec Zita Hanrot, actrice

Quelle fut votre réaction à la lecture du scénario d’à mon seul désir ? 

Jamais un scénario ne m’a intriguée à ce point. J’ai mis du temps à entrer dans cette histoire, car j’avais le sentiment que s’y nichait quelque chose de caché et de mystérieux. Plus je la reprenais, plus j’y plongeais profondément et plus j’étais captivée. Il m’a fallu l’effeuiller, tourner autour de son secret. Jusqu’à ce que tout m’apparaisse fluide et organique. Ce corps-à-corps avec ce texte fut une étape passionnante.

Entretien avec Louise Chevillotte, actrice

Qu’a provoqué en vous la lecture du scénario d’à mon seul désir ? 

J’ai été bouleversée par cette histoire, ses personnages, et j’ai instantanément eu envie de les défendre. Il m’a semblé que c’était une magnifique ode aux femmes, un film profondément féministe. Ce scénario décrivait des féminités complexes et joyeuses, qui m’ont beaucoup touchée. On en a tellement besoin !

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Inscrivez-vous à la Newsletter


Nos partenaires

Nous avons 208 invités et aucun membre en ligne