Dounia et la princesse d'Alep

Un récit fantastique ponctué de magie, de musique et d'aventure, qui plaira aux enfants et touchera les plus grands.


Dounia, 6 ans, doit quitter sa maison d’Alep en Syrie à cause de la guerre. Mais pleine de confiance en la vie, et grâce à la magie de la princesse d’Alep et d’une graine de baraké, elle va entreprendre un long voyage vers un nouveau monde.

Ce film, au graphisme superbe, raconte la difficile expérience de l’exil vue par une enfant,entre réalisme et merveilleux.

Bande-annonce

Presse

  • Ce film d’animation raconte le déracinement à hauteur d’enfant, avec délicatesse et une touche de poésie. 

  • La réussite du film réside, au-delà de sa saisissante beauté graphique, dans le récit de cette enfant pleine de vie et de confiance en elle. Cette odyssée humaniste devrait enivrer la rétine et le cœur du public, forte de cet onirisme si séduisant puisé dans la musique et la culture syrienne.

  • Le résultat possède un vrai charme, pas seulement réservé au jeune public.

  • Un joli conte graphique sur l'exil.

  • Un joli et poétique dessin animé qui parvient à évoquer avec pudeur la dictature, la guerre et l'exil. Un régal pour petits et grands.

  • Les deux réalisateurs parviennent à mettre ce sujet grave à la portée du jeune public. Une merveille.


Générique

  • Réalisateurs

    Marya Zarif et André Kadi

  • Scénariste

    Marya Zarif

  • Durée

    1h12

  • Pays

    France

  • Date de sortie

    1er février 2023

  • Distributeur

    Haut et Court


Filmographie

  • 1er film

Pour aller plus loin

Entretien avec Marya Zarif, réalisatrice

Quelle est la genèse de Dounia et la princesse d’Alep ? 

A l’origine, c’est une mini série en 6 épisodes, construite en une seule trajectoire narrative. Et c’est ma productrice, Judith Beauregard de Tobo Média qui a rencontré Laurence Petit de Haut et Court au MIFA d’Annecy en 2019, alors qu’elle présentait le projet de la série. L’idée d’imaginer un long métrage s’est instantanément imposée à nous et très rapidement nous nous sommes mis à l’ouvrage…

Entretien avec André Kadi, réalisateur

Comment avez-vous travaillé tous ensemble ? 

Marya et Judith Beauregard, cherchaient les partenaires qui allaient pouvoir compléter la démarche originelle de Marya. Avec mon associée Marie-Michelle Laflamme, nous avons accompagné Marya dans toutes les étapes d’animation du long métrage. 

Le studio d’animation Du Coup a mis en œuvre le projet en travaillant à partir des éléments créés par Marya (scénario, dessins de personnages, décors). A partir de toute cette matière, nous avons pu élaborer le storyboard, l’animatique, et la mise en images. Marya intervenait pour affiner et préciser des intentions. Le studio est parti de ses dessins de personnages, de son style et les a animés. 

La direction artistique s’est faite en collaboration entre le studio et Marya sur chaque personnage, chaque objet, avec des dessins, des croquis, de façon à élaborer tout l’univers du film. 

Ensuite, nous travaillions en autonomie avec l’équipe d’animation et de décors. 

Lexique

Touté Touté, kholssét Al’Hatouté : Petite mûre, petite mûre, l’histoire est terminée !

Abouss Roho ! : J’embrasse son âme ! (manière toute alépine d’être affectueux, attendri)

Habibi : Mon chéri 

Nour : Prénom du papa de Dounia, veut dire Lumière. 

Leyla : Prénom de la maman de Dounia, veut dire nuit.

Dounia : Veut dire le monde, la vie terrestre. 

Téta Mouné : Téta (Mamie, en syrien), Mouné (Provisions)

Jeddo Darwich : Jeddo (Papi, en syrien), Darwich (Candide, simple, bon, ou Derviche, comme les derviches tourneurs). 

Mme Dabbouss : Dabbouss = Épingle. Pour souligner sa minceur et son caractère piquant et piqué. 

Djwann : En Kurde, veut dire beau jeune homme. 

Shams : Soleil, prénom du fils de Abdo et Nisrine, tout blond, comme le soleil.  

Ya (avant un prénom : Ya Dounia, Ya Téta, s’utilise en arabe, pour appeler : Oh Dounia, Oh Téta !

Inchallah : Si Dieu le veut - Se dit beaucoup dans le monde arabo musulman pour s’en remettre à la providence, et lâcher prise.

Bismillah : Au nom de Dieu - Se dit beaucoup dans le monde arabo musulman avant une action importante, comme manger, déposer un ingrédient important dans la recette, partir. 

Yallah : Oh Dieu (Ya Allah !) - Se dit beaucoup dans le monde arabe pour signifier le mouvement, le départ, l’avancée, soit sous forme d’impératif (yallah, viens!), ou sous forme d’invocation au divin. 

Ay : Aïe ! (élocution pour exprimer la douleur) - d’où le prénom de la statuette Ay.

Choum : Malédiction - d’où le prénom de la statuette Choum.

Akh Akh Akh : Ah là là là là. Exprime un soupir, de tristesse, de nostalgie, de lourdeur, ou même de désir, pour aider à le vivre. 

Ahlén : Salut ! en alépin (littéralement : tu es de la famille) 

Khayo - Khayto : Mon Frère, Ma Soeur, en alépin - les Alépins adultes s’appellent souvent comme ça entre eux, parfois dans la famille mais aussi avec des étrangers.

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Inscrivez-vous à la Newsletter


Nos partenaires

Nous avons 133 invités et aucun membre en ligne