Tirailleurs

Une œuvre profondément pacifiste


1917. Bakary Diallo s'enrôle dans l'armée française pour rejoindre Thierno, son fils de 17 ans, qui a été recruté de force. Envoyés sur le front, père et fils vont devoir affronter la guerre ensemble. Galvanisé par la fougue de son officier qui veut le conduire au cœur de la bataille, Thierno va s'affranchir et apprendre à devenir un homme, tandis que Bakary va tout faire pour l'arracher aux combats et le ramener sain et sauf. Moment fort du dernier Festival de Cannes, le film rend hommage aux oubliés de l’Histoire, ceux qui sont morts sans tambour ni trompette, pour une terre qui n'était pas la leur. L’idée du film est née en 1998 avec la mort du dernier tirailleur sénégalais, Abdoulaye Ndiaye, à l’âge de 104 ans. Parti sans la légion d’honneur promis par Jacques Chirac, Mathieu Vadepied a souhaité lui rendre hommage et en a parlé avec Omar Sy qui a tout de suite adhéré au projet : « Ce film veut dire plein de choses pour moi. On n’a pas la même mémoire mais on a la même histoire »... Au-delà du film de guerre, Tirailleurs nous fait aussi voir les liens complexes qui existent entre père et fils à la sortie de l’adolescence. Le jeune homme est en effet déchiré entre des figures paternelles qui s’emboitent comme des poupées russes : celle de son père biologique, pour qui seule la survie compte, et celle de son lieutenant exalté, qui représente l’émancipation. Tirailleurs et tiraillés, le film réussi à créer une forte émotion. Vertigineux pour l’Histoire et nos âmes !

Bande-annonce

Presse

  • Ce film a le mérite d'évoquer son sujet avec modestie, sobriété et de tirer le meilleur parti de l'engagement de ses acteurs, en premier lieu Omar Sy, impeccable.

  • Le scénario concocté par Mathieu Vadepied et Olivier Demangel avance tambour battant, resserré autour des deux personnages principaux. Film à message sur le sacrifice (d’un père pour son fils, des Africains pour la France), Tirailleurs ne s’embarrasse pas de nuances, faisant primer une efficacité narrative et visuelle qui fait la part belle à Omar Sy.

  • Omar Sy comme jamais vu !

  • De quoi dépeindre une nouvelle fois les affres de la guerre. Pour autant, le récit gagne en originalité par le point de vue qu'il veut apporter : la mise en lumière des Sénégalais envoyés dans les tranchées. Le tout est délivré par une photographie typique de film de guerre, mais tout à fait splendide et soignée.

  • Bouleversant !


Générique

  • Réalisateur

    Mathieu Vadepied

  • Scénaristes

    Olivier Demangel et Mathieu Vadepied

  • Durée

    1h40

  • Pays

    France, Sénégal

  • Date de sortie

    4 janvier 2023

  • Distributeur

    Gaumont


Acteurs et actrices

  • Omar Sy → Bakary Diallo

    Alassane Diong  → Thierno Diallo

    Jonas Bloquet → Lieutenant Chambreau

    Bamar Kane  → Salif

    Alassane Sy  → Birama

    Aminata Wone  → Salimata

    François Chattot  → Général Chambreau

    Clément Sambou  → Adama

    Oumar Sey  → Abdoulaye

    Léa Carne → Lucie

    Aristide Tarnagda  → Cheikh


Filmographie

Pour aller plus loin

Les tirailleurs, une longue histoire de France

Le premier bataillon de tirailleurs a été créé par décret impérial en juillet 1857. Ce corps de militaires a été constitué au sein de l’empire colonial français et composé de soldats africains, du Maghreb à l’Afrique subsaharienne. Ils ont participé à des moments de gloire – la défense de Reims en 1918 ou la bataille de Bir Hakeim en 1940 – comme à des tragédies tels que les terribles massacres commis par la Wehrmacht à leur encontre lors de la campagne de France.

Entretien avec Mathieu Vadepied, réalisateur

"Tirailleurs" est le projet d'une vie

COMMENT EST NÉ LE PROJET DU FILM TIRAILLEURS ?

L’idée du film est née en 1998 avec la mort du dernier tirailleur sénégalais (Abdoulaye Ndiaye, à l’âge de 104 ans, il avait été enrôlé de force en 1914). L’ironie du sort est qu’il meurt la veille du jour où il devait recevoir la légion d’honneur promise par le président de la République, Jacques Chirac. A ce moment-là, et je ne sais pas pourquoi, je me dis que si ça se trouve dans la tombe du Soldat inconnu repose les restes d’un tirailleur de l’armée coloniale issu d’un de ces pays africains colonisés alors par la France...

Entretien avec Omar Sy, acteur et co-producteur

"Et si le soldat inconnu était un tirailleur sénégalais ?"

NAISSANCE DU PROJET

« C’est un projet qui nous accompagne, Mathieu Vadepied et moi, depuis de longues années. C’est même le fil rouge de notre relation. Cela remonte au tournage d’INTOUCHABLES (le film réalisé par Olivier Nakache et Eric Toledano est sorti en 2011, Mathieu Vadepied en était le directeur de la photographie). Je me souviens précisément d’un moment à la cantine, on avait déjeuné ensemble, et Mathieu me parle de ce projet-là : et si le Soldat inconnu était un tirailleur sénégalais ? Il avait cette idée en tête. On a beaucoup échangé sur la question.

Trois questions à Olivier Demangel, scénariste

COMMENT AVEZ-VOUS TRAVAILLÉ AVEC MATHIEU VADEPIED, LE RÉALISATEUR ?

J’ai rencontré Mathieu Vadepied lorsque j’étais coscénariste de son premier film LA VIE EN GRAND (sorti en 2015). Assez naturellement, il m’a parlé de TIRAILLEURS, le projet le tenant à cœur depuis de longues années, il m’a proposé de travailler avec lui. On s’est lancés dans cette grande aventure, mais ça n’a pas été sans mal, pour des tas de raisons. L’écriture d’un film ressemble toujours un peu à son sujet. Notre travail s’est parfois apparenté à une guerre de tranchées. Et de fait, écrire sur la Grande Guerre est très complexe, avant tout parce que c’est une guerre immobile, une guerre statique, avec ces tranchées qui s’affrontent et ces soldats bloqués entre deux mondes....

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Inscrivez-vous à la Newsletter


Nos partenaires

Nous avons 89 invités et aucun membre en ligne