Les bonnes étoiles

Beulokeo (브로커)

de Hirokazu Kore-eda

Corée du Sud / 2022 / 2h098

avec Song Kang-ho,  Gang Dong-won, Doona Bae... 

 

 

Par une nuit pluvieuse, une jeune femme abandonne son bébé. Il est récupéré illégalement par deux hommes, bien décidés à lui trouver une nouvelle famille. Lors d’un périple insolite et inattendu à travers le pays, le destin de ceux qui rencontreront cet enfant sera profondément changé...
Un film drôle, tendre et émouvant, comme un petit cadeau avant Noël. 
 
 

 

 

LA PRESSE 

positif logo

Le film est d'une grande habileté dans le traitement de son sujet, les comédiens sont tous excellents.

 

ENTRETIENS 

Note d'intention de Hrikazu Kore-eda, réalisateur

Lorsque je préparais LES BONNES ÉTOILES, j’ai rencontré et interrogé des enfants. Tous avaient grandi dans un orphelinat, leurs parents ayant renoncé au fait de les élever pour une raison ou pour une autre. Plusieurs d’entre eux se posaient une question fondamentale de l’existence sans toutefois pouvoir y apporter de réponse claire : « Est-ce une bonne chose que je sois venu au monde ? » Entendant cela, je suis resté sans voix. Quel sens y aurait-il eu à leur adresser machinalement quelques paroles de réconfort ? Pouvais-je véritablement affirmer qu’il n’y avait aucune vie sur terre qui ne méritait pas d’exister ? Quel film allai-je pouvoir offrir à ces enfants qui se battaient avec acharnement contre les voix intérieures et extérieures qui leur martelaient qu’ils n’auraient pas dû naître ? C’est cette question qui fut en permanence au centre de mon travail. LES BONNES ÉTOILES est un film dans lequel j’ai voulu regarder la vie bien en face et, en me glissant dans la peau des personnages, faire parvenir clairement ma propre voix. Ce film s’apparente donc à la fois à une prière et à un souhait.

 

A DECOUVRIR 

Les boîtes à bébés

Au Moyen-âge, en Europe, on les appelait « les tours d’abandon ». Elles avaient disparu au début du XXème siècle et réapparaissent aujourd’hui sous le nom de « boites à bébé ». Elles ressemblent à des
boites aux lettres sécurisées et renferment un lit chauffant, une caméra et une alarme reliée au centre de soins le plus proche. Installées à proximité des mairies, des hôpitaux ou des églises, on trouve des « boites à bébé » à travers 14 États dont le Japon, la Corée, l’Afrique du Sud, la Belgique, la Suisse et l’Allemagne. On ouvre la porte, dépose son bébé, et on referme, assuré que l’enfant sera pris en charge par le personnel compétent et dans l’anonymat le plus complet. À compter de ce geste, le parent peut changer d’avis pendant une période qui diffère selon la législation du pays. 
Le dispositif est controversé : l’ONU estime que le droit de l’enfant à connaitre ses parents biologiques est bafoué, d’autres soulignent que le consentement de la mère ne peut être garanti observant que l’acte est souvent accompli par des hommes. Les défenseurs des boites à bébés affirment de leur côté que la sécurité du nourrisson est assurée et qu’on évite ainsi de voir proliférer des actes plus violents (abandons dans la rue, dans des poubelles… voire infanticides).
En France, elles n’existent pas pour la simple raison que les femmes ont le droit d’accoucher sous X et d’abandonner leur nouveau-né dès la naissance.
 

La naissance des Bonnes étoiles.

Hanté par le thème de la famille, Kore-eda Hirokazu se pose sans cesse la question de la filiation : une soeur aînée forcée de materner ses frères et soeurs dans NOBODY KNOWS, un homme découvre que l’enfant qu’il élève depuis des années n’est pas son fils biologique dans TEL PÈRE TEL FILS, une petite fille livrée à elle-même par des parents violents trouve refuge auprès d’une famille d’étrangers dans UNE AFFAIRE DE FAMILLE… 
Thème inépuisable et cher à son coeur, la famille est au centre de sa filmographie. Kore-eda Hirokazu en parle en ces termes : « La famille est si complexe qu’elle ne peut être définie en un mot. Encore aujourd’hui alors que je continue à faire des films, c’est une question que je me pose constamment. LES BONNES ÉTOILES est une tentative de réponse aux questions qu’elle soulève.»

Cette fois-ci, le réalisateur s’attaque à la problématique de l’adoption : Que se passe-t-il dans la tête d’une jeune femme qui décide d’abandonner son enfant ? Comment choisir les parents d’un bébé abandonné ? Quelle vision de la vie peuvent avoir les enfants grandissant en orphelinat ? Les questionnements sont infinis. Pour tenter d’y répondre, Kore-eda Hirokazu prend comme point de départ l’abandon d’un bébé dans une boite à bébé. Dispositif méconnu en France, il permet d’abandonner un bébé de manière anonyme et sécurisée.

C’est pendant le tournage de TEL PÈRE, TEL FILS (sorti en 2013) que le réalisateur commence à s’intéresser à ce dispositif. Présent au Japon, il découvre par la suite qu’il est plus répandu et bien plus utilisé en Corée. A peu près au même moment, il échange avec les acteurs coréens Song Kang Ho, Gang Dong Won et Doona Bae sur l’envie de faire un film avec eux. C’est ainsi que naît l’idée du premier film coréen de Kore-eda Hirokazu. 

Ces trois acteurs embarqués pour la première fois devant la caméra du réalisateur japonais sont de véritables stars en Corée. Song Kang Ho est un acteur hors-norme à la filmographie impressionnante. Il a tourné avec les plus grands noms du cinéma coréen dont Joon-ho Bong, Chan-wook Park et Jee-woon Kim. En 2019, il joue le rôle principal de PARASITE, Palme d’or à Cannes, et son visage devient célèbre dans le monde entier. Gang Dong Won a conquis le public coréen grâce à ses performances variées dans un large éventail de genres. En France, on le connait surtout pour son rôle dans PENINSULA. Enfin, Doona Bae est connue à la fois pour ses rôles en Corée (SYMPATHY FOR MR. VENGEANCE) et à Holywood (CLOUD ATLAS, JUPITER ASCENDING) ainsi que pour les séries qu’elle porte (Sense8, Kingdom). Pour compléter ce casting de rêve, Kore-eda Hirokazu a fait appel à Lee Ji Eun. Adulée par le public coréen et international en tant que star de la chanson sous son nom de scène IU, elle est également connue pour ses talents de comédienne dans des séries télévisées à succès (Hotel Del Luna).