Armageddon Time

de James Gray

Etats-Unis / 2022 / 1h54

avec Anne Hathaway, Anthony Hopkins, Jeremy Strong... 

 

 

Armageddon Time, c’est l’histoire très personnelle du passage à l’âge adulte d’un garçon du Queens dans les années 80, de la force de la famille et de la quête générationnelle du rêve américain. À travers la jeunesse de cet ado qui rêve de devenir dessinateur et qui se familiarise avec son héritage juif, James Gray signe un autoportrait touchant et drôle avant d’emprunter des notes plus mélancoliques au fil du récit. Armageddon Time c’est l’époque de Reagan au pouvoir, des premiers joints, des premiers ordinateurs mais aussi du spectre de la famille Trump qui se glisse de plus en plus dans toutes les institutions américaines, même l’école… Gray sait mieux que personne nous inviter dans les repas de familles les plus électriques, les discussions personnelles entre un père et son fils. Il s’attarde également avec tendresse sur la relation entre un petit-fils et son grand-père (Anthony Hopkins) faisant de ces scènes de vrais moments de grâce où la transmission est au coeur des échanges. Encore une fois cet immense cinéaste touche au plus juste quand il s’agit de raconter l’Histoire des Américains, de leur rapport à l’autorité, à leur racisme institutionalisé. On salue le travail sur la photographie, le film est baigné d’une lumière solaire dorée vacillante, Darius Kondhji à l’oeuvre ! Un film grandiose...
 
 

 

 

LA PRESSE 

tlrama

James Gray retrouve avec émotion les lieux de son enfance. Le cinéaste de The Yards revient de Hollywood et de ses fastes pour un film modeste qui dit que le monde n'est plus ce qu'il était et fait vibrer dans les couleurs éteintes de la mélancolie le huis clos d'une famille, la sienne, premier motif de son cinéma.

 

premiere

Derrière l'apparente simplicité du geste de Gray se cache une complexité fascinante qui ajoute un chapitre à l'oeuvre majeure d'un des plus grands cinéastes contemporains.