Ninjababy

de Yngvild Sve Flikke

Norvège / 2021 / 1h43

avec Kristine Kujath Thorp, Arthur Berning, Nader Khademi...  

 

 

Âgée d’une vingtaine d’années, Rakel aime bien le sexe, la bière et le dessin. Lorsqu’elle découvre qu’elle est enceinte, la perspective de la maternité lui fait décider sans hésiter d’avorter. Manque de chance, son fœtus, doué des talents d’invisibilité d’un ninja, a déjà 6 mois… La paternité de l’enfant est encore incertaine mais, de toute façon, cette nouvelle plonge Rakel dans une vie dont elle ne veut pas ! La seule solution c’est l’adoption. Sauf que, une fois la décision prise, les dessins que fait Rakel de son « bébé » vont prendre vie et lui faire vivre de sales moments !

Drôle, caustique et très tonique, Ninjababy est une comédie du refus de la maternité qui mêle images d’animation et prises de vue « réelles ».

 
 

 

 

LA PRESSE 

premiere

Librement adapté d'une BD norvégienne, Ninjababy aborde des questions graves sans se départir d'un ton volontiers provoc, façon Apatow au féminin, dans un équilibre parfait entre fous rires et émotion qui saisit sans qu'on l'ait vu venir. Un bijou.

 

ENTRETIENS 

Entretien avec la réalisatrice Yngvild Sve Flikke

QUAND ET COMMENT AVEZ-VOUS DÉCOUVERT LE TRAVAIL GRAPHIQUE D'INGA SÆTRE ? 

Je connais ce qu’elle fait depuis ses débuts : j'ai adoré ses bandes dessinées sur les Møkkajentene (filles sales), dès leurs parutions au début des années 2000, je me suis reconnue à travers son style, à la fois comique et teinté de mélancolie. Elle a une plume téméraire, sensible et libre...