Tout le monde aime Jeanne

de Céline Devaux

France, Portugal, Belgique / 2022 / 1h35

avec Blanche Gardin, Laurent Lafitte, Maxence Tual... 

 

 

Tout le monde a toujours aimé Jeanne. Aujourd’hui, elle se déteste. Surendettée, elle doit se rendre à Lisbonne et mettre en vente l’appartement de sa mère disparue un an auparavant. À l’aéroport elle tombe sur Jean, un ancien camarade de lycée fantasque et quelque peu envahissant.
Céline Devaux, auteure de BD, s’est déjà fait remarquer par deux courts-métrages brillants. Pour son premier long, elle décrit avec un panache électrisant la dépression. Blanche Gardin brille avec ce personnage bucolique, dévasté par le présent et hanté par son passé. Le film est ponctué d'images d'un personnage animé qui représente les questionnements, humeurs et états d’âme de Jeanne, sorte de voix intérieure complètement déjantée. Mélancolique à souhait, on trouve des personnes en marge comme Laurent Laffite, génialement drôle en sorte de big Lebowski Lisboète. 
 

Filmographie : 1er film

 

 

 

LA PRESSE 

lemonde

Un récit à la fois cocasse et grinçant sur le mal-être humain, d'une jeune femme d'aujourd'hui, idéaliste, un brin désespérée et néanmoins guerrière. Un premier long portée par une incertitude jouissive diablement cultivée par le duo d'acteurs.

 

ENTRETIENS 

Entretien avec Céline Devaux, réalisatrice 

Votre court métrage Le Repas Dominical a remporté un César et Gros Chagrin un prix à Venise. Comment ont-ils nourri votre expérience pour ce premier long-métrage ? 

Le jour où Vincent Macaigne a posé sa voix pour Le Repas Dominical a été une révélation pour moi ! Vincent a immédiatement proposé un niveau d’interprétation, de joie, d’invention et d’énergie qui était totalement inattendu pour une voix off. Après Le Repas Dominical, j’ai eu envie de faire un film hybride, de mélanger différents types de procédés. J’ai réussi à parler de chagrin et d’amour, des thèmes importants pour moi et j’ai découvert pour la première fois le travail avec les acteurs. Je suis heureuse d’avoir fait Gros Chagrin mais je crois que je suis restée un peu polie...