Leila et ses frères

de Saeed Roustaee

Iran / 2022 / 2h49

avec Taraneh Alidoosti, Navid Mohammadzadeh, Payman Maadi... 

 

 

Leila a dédié toute sa vie à ses parents et ses quatre frères. Très touchée par une crise économique sans précédent, la famille croule sous les dettes et se déchire au fur et à mesure de leurs désillusions personnelles. Afin de les sortir de cette situation, Leila élabore un plan : acheter une boutique pour lancer une affaire avec ses frères. Chacun y met toutes ses économies, mais il leur manque un dernier soutien financier. Au même moment et à la surprise de tous, leur père Esmail promet une importante somme d’argent à sa communauté afin d’en devenir le nouveau parrain, la plus haute distinction de la tradition persane. Peu à peu, les actions de chacun de ses membres entrainent la famille au bord de l’implosion, alors que la santé du patriarche se détériore...
 

Filmographie : "La Loi de Téhéran"

 

 

 

LA PRESSE 

avoiralire

Leila et ses frères est un film dur, décourageant par certains aspects, mais dont la vertu principale est d’inviter les spectateurs à échapper au simplisme de la pensée. Courageux et fort. 

 

premiere

Un Affreux, sales et méchants à la sauce iranienne. L'un des grands oubliés du palmarès cannois. 

 

liberation

Un an après le très réussi La loi de Téhéran, Saeed Roustayi confirme toute l'étendue de son talent dans une fresque familiale qui tient de Tolstoï et du Parrain.

 

ENTRETIENS 

Entretien avec Saeed Roustaee, réalisateur

Leila et ses frères se déroule dans une même toile de fonds familiale que votre premier longmétrage Life and a day. Ce nouveau film seraitil une manière de refaire un état des lieux de ce cercle ? 

Pour moi la famille est un thème central, ce dès mes courts métrages. Leila et ses frères n’est donc pas à mes yeux une mise à jour mais une continuité. Je pense d’ailleurs que si l’environnement est le même, il y a beaucoup de différences avec Life and a day que ce soit en termes de narration, de forme mais aussi de personnages. Notamment autour du père, qui était une figure absente jusque là de mon cinéma..