Petite fleur

de Santiago Mitre

France, Argentine, Belgique, Espagne / 2022 / 1h38

avec Melvil Poupaud, Daniel Hendler, Vimala Pons... 

 

 

José, un argentin récemment installé en France avec sa compagne et sa fille, fait la connaissance de son voisin. Alors qu'ils écoutent le morceau de jazz Petite Fleur, pris d'une pulsion, il tue son nouvel ami. Pourtant, le lendemain, à la stupeur de José, son voisin est plus éclatant de santé que jamais. Il décide de le tuer à nouveau. José développe alors une étrange routine : s'occuper du bébé et de la maison, tenter de sauver son couple… et tuer le voisin. Dans une tradition du fantastique argentin (Borges) Petite fleur inscrit son récit avec des éléments de ce registre, décalant d’emblée le rapport à la réalité avec son spectateur. Film sur la routine, le couple et la poésie de l’un dans l’autre, Santiago Mitre réussit à imposer une vision originale du monde. La vie des hommes et des femmes dans leur quotidien est contre balancée par ce personnage tantôt mort tantôt vivant. Ce fantôme vivant, incarne l’émancipation d’un homme face à sa vie, il incarne en somme la liberté. Petite fleur, est un film romanesque, beau et littéralement osé...
 
 

 

 

LA PRESSE 

premiere

Cette variation autour d'Un jour sans fin témoigne de l'aisance de Mitre à évoluer dans un absurde d'autant plus irrésistible qu'il s'efforce de le faire coller le plus possible à la réalité.

 

ENTRETIENS 

Entretien avec Santiago Mitre, réalisateur

Pourquoi tourner ce film en France, loin de votre pays, l’Argentine ?

Cela faisait partie du projet, dès l’origine. Le film est tiré d’un roman d’un auteur argentin que j’aime beaucoup, Iosi Havilio, et l’histoire suggère que le personnage principal vit dans un lieu éloigné de sa ville d’origine. José accueille son premier enfant avec sa compagne dans un endroit où il ne se sent pas tout à fait à l’aise. Le récit nous montre son déracinement : il doit se débrouiller dans une langue qu'il parle à peine, alors qu’il ne se consacre plus qu’aux tâches ménagères et à l’éducation de sa fille. Un jour, José assassine son nouveau voisin, Jean-Claude, et deux jours plus tard, celui-ci est à nouveau bien vivant, comme s’il ne lui était jamais rien arrivé. La situation se répète chaque semaine…