Coupez !

de Michel Hazanavicius

France / 2022 / 1h51

avec Matilda Lutz, Bérénice Bejo, Romain Duris.. 

 

 

Un tournage de film de zombies dans un bâtiment désaffecté. Entre techniciens blasés et acteurs pas vraiment concernés, seul le réalisateur semble investi de l’énergie nécessaire pour donner vie à un énième film d’horreur à petit budget. Mais l’irruption d’authentiques morts-vivants va perturber le tournage… Pour ouvrir ce Festival de Cannes 2022, rien de plus mordant que des zombies et Hazanavicius dans un combo fatal. Coupez ! est un remake génial du film japonais de Shin’Ichirô Ueda culte chez les amateurs de genre. Dans une ambiance de fabrication artisanale ou fauchée, le film raconte un tournage de film amateur, ou le sang est un astucieux mélange de grenadine et de ketchup, ou les scènes d’actions sont clairement réalisés avec des poupées de chez Gifi et ou le réalisateur (joué par Roman Duris) ne voit pas la catastrophe nanardesque venir au montage. Bref du cinéma de genre bien méta, bien globuleux et surtout bien barré, un Hazanavicius en free style total pour le bonheur de nos mirettes cinéphiles. Un bordel joyeusement mis en musique par l’unique Alexandre Desplat ! Coupez ! s’annonce comme une blague de haut vol, réunissant un casting non pas 4 mais bien 5 étoiles ! Attention à vos jugulaires, ça va éclabousser du faux sang à gogo ! Film d’ouverture, festival de Cannes 2022, hors compétition.
 
 

 

 

LA PRESSE 

 

ENTRETIENS 

Entretien avec Michel Hazanavicius, réalisateur

Quelle est la genèse de COUPEZ ! ?

Je souhaitais depuis longtemps écrire une comédie de tournage. Depuis que je travaille, j’ai eu l’occasion d’observer pas mal de comportements marrants et de vivre pas mal de scènes de tournage, parfois étonnantes, parfois ridicules, parfois touchantes. J’aime bien ce matériau de base, un plateau de tournage, qui est une espèce de micro-société un peu exacerbée où les caractères se révèlent souvent de manière spectaculaire. Je m’y suis donc mis pendant le premier confinement, et j’ai commencé à rassembler quelques notes et à travailler sur une histoire qui tournait autour de l’idée d’un plan-séquence...