A propos du film

 

animal5Bella et Vipulan sont deux adolescents engagés pour la cause animale et climatique. Depuis des années maintenant, ils manifestent, font la grève, participent à des actions de désobéissance civile, s’engagent auprès d’ONG... Mais rien de tout cela ne marche vraiment. Alors, sous l’impulsion du réalisateur et activiste Cyril Dion ils décident de remonter aux causes de ces deux immenses crises  : le dérèglement climatique et l’extinction des espèces.

Face à ce que les scientifiques appellent désormais la 6e  extinction de masse, qui a déjà vu disparaître de la planète 60% des populations d’animaux sauvages vertébrés ces 40 dernières années, 80% des insectes volants en Europe, ils nous emmènent dans un voyage aux quatre coins du monde pour comprendre pourquoi ces animaux disparaissent et surtout, comment nous pourrions enrayer cette disparition.

Bella et Vipulan sont les narrateurs de cette aventure à travers le monde. Ce sont eux, à travers leurs pensées, leurs réflexions, leurs rencontres, qui nous permettent de comprendre le problème et d’entrevoir un autre avenir possible.

À l’aide du biologiste Anthony Barnosky, Bella et Vipulan commencent par dresser le constat de cette situation. Ils découvrent que les animaux disparaissent pour cinq grandes raisons  :

− le changement climatique

− la propagation de maladies notamment via le commerce et les voyages internationaux

− la pollution

− la surexploitation

− la destruction de leur habitat

Ils s’intéressent particulièrement aux solutions aux trois dernières causes en commençant par  : 

LA POLLUTION 

En Inde, à Bombay, Vipulan et Bella rencontrent Afroz Shah, jeune avocat qui s’est lancé dans une incroyable initiative de nettoyage de la plage de la ville qui était devenue une montagne de plastique. En mobilisant les habitants il a, en quelques années, redonné à cet endroit un peu de sa beauté originelle et a évité que des milliers de tonnes de plastiques ne partent en mer, empoisonnant les oiseaux et mammifères marins. Mais il ne s’est pas arrêté là, il a remonté le fil du problème et a sensibilisé et formé les habitants au recyclage pour que les déchets ne finissent pas sur le rivage.

Pour autant, ce n’est pas encore suffisant. Des millions de tonnes de plastique sont produits chaque jour par l’industrie. Nos deux jeunes militants s’intéressent donc au combat qui a permis à des activistes indiens de faire interdire le plastique à usage unique à Bombay et dans tout l’Etat du Maharashtra. Initiative qui sera aussi prise par les députés européens.

En supprimant la pollution plastique, la vie dans les océans pourrait à nouveau respirer.

Malheureusement elle est aussi détruite par :

LA DESTRUCTION DE L’HABITAT

De toutes les raisons de la disparition des espèces, la destruction de leur habitat est sans doute la plus importante. Vipulan et Bella assistent, désarmés, à la déforestation. Ils découvrent aussi qu’en construisant des routes les êtres humains colonisent les espaces, développent des structures industrielles et pour ce faire abattent des forêts, bétonnent des zones naturelles, et les animaux n’ont plus d’endroits où habiter. Pour manger de la viande tous les jours, ils déforestent massivement pour nourrir des milliards d’animaux dans des hangars pour les abattre et les manger. Près de Nantes, ils rencontreront un éleveur intensif de lapins, pour la première fois à visage découvert, où des dizaines de milliers de lapins sont enfermés.

Bella et Vipulan comprennent que notre appétit insatiable de viande et notre frénésie matérialiste et consumériste nous conduisent à :

LA SUREXPLOITATION

Chaque année nous pêchons tellement de poissons, avec des méthodes si massives et destructrices, que la vie marine est en grave danger.

Au parlement européen, Vipulan et Bella rencontrent Claire Nouvian, fondatrice de l’ONG Bloom et prix Goldman de l’environnement, qui leur explique comment son ONG a pu, à l’issue de 9 ans de bataille juridique, faire interdire la pêche en eaux profondes et se bat désormais pour faire de même avec la pêche électrique qui ravage les fonds marins.

Ils comprennent qu’il est nécessaire de calmer nos appétits insatiables et de laisser aux espèces marines l’espace de vivre et notamment les coraux où nichent de nombreuses espèces.

Mais ils mesurent aussi que les combats pour changer les lois sont terriblement inégaux. Au parlement européen, 90% des lobbyistes défendent les intérêts privés et trop peu de députés sont engagés à faire changer les choses.

Trouver des solutions ne suffit pas, c’est tout le cours de nos sociétés, le récit qui les soustend qu’il est nécessaire de transformer.

VIVRE ENSEMBLE

Aux côtés du philosophe Baptiste Morizot, Vipulan et Bella vont rencontrer l’ethnologue Jean-Marc Landry, qui étudie de près, grâce à des caméras thermiques, le comportement nocturne des loups dans leur éco-système. Il cherche des solutions pour éviter la prédation des brebis.

Au Costa Rica, l’Etat a interdit la défores - tation et subventionne désormais l’économie pour qu’on ne détruise pas la forêt. Il a pro - posé aux propriétaires forestiers de vendre les services écologiques rendus par la forêt avec le PES (Payment for Ecosystem Services).

Vipulan et Bella s’entretiennent avec Paulino de l’ethnie des Terraba qui a, il y a quarante ans, lancé un programme extraordinaire de reforestation, convertissant des prairies en une véritable jungle. Puis, avec l’actuel pré - sident du pays, ils découvrent de quelle façon ce petit pays a décidé de donner des droits et un prix à la nature pour la protéger.

Le Costa Rica est un petit pays. Mais il abrite à lui seul 6% de la biodiversité de la planète. Aujourd’hui il est à nouveau couvert à 50% par des forêts.

Nos deux jeunes activistes mesurent que ce que le Costa Rica a mis en place devrait être fait dans tous les pays du monde.

En préservant la moitié de la planète, nous protégerions 80% des espèces du monde contre l’extinction, en fonction de la courbe des espèces.

Bella et Vipulan sont bouleversés par cette idée. Le flambeau leur est transmis, désormais c’est à leur génération d’agir.

 

(Dossier de presse)