memelessourisvontauparadis bandeau

 

Même les souris vont au Paradis

de Jan Bubeniček et Denisa Grimmovà. 1h24

Après un malencontreux accident, une jeune souris au caractère bien trempé et un renardeau plutôt renfermé se retrouvent au paradis des animaux. Dans ce monde nouveau, ils doivent se débarrasser de leurs instincts naturels et suivre tout un parcours vers une vie nouvelle. À travers cette aventure, ils deviennent les meilleurs amis du monde et la suite de leur voyage leur réservera bien des surprises… A partir de 6 ans.

en savoir   bande annonce 


Téléchargements

 memelessourisvontauparadisaffiche

Dossier de presse

 

memelessourisvontauparadisaffiche 

Dossier pédagogique

 

memelessourisvontauparadisaffiche

Fiche minute 

 

memelessourisvontauparadisaffiche 

Activités et jeux


Extrait du dossier pédagogique

Ce film, inspiré d’un roman pour enfants qui a reçu de nombreux prix littéraires, est un moyen de parler de la mort dès le plus jeune âge. Mais loin d’en être le thème principal, c’est l’élément déclencheur pour aborder les sujets de l’amitié, la tolérance, la différence, l’entraide ou la nécessité de surmonter ses peurs et de prendre confiance en soi. 
Même les Souris vont au Paradis évoque la mort de manière naturelle, douce mais sans détours. Le film aborde ce sujet, essentiel même pour les enfants, dont on n’ose pas assez parler. L’histoire donne une réponse possible parmi tant d’autres, à la question insoluble « qu’est-ce qui arrive ensuite ? ». Elle raconte un monde parallèle « au paradis des animaux », simple étape dans laquelle va se développer une vraie aventure. 
L’idée d’une « vie nouvelle » dans un autre monde existe depuis des milliers d’années,aux quatre coins de notre planète. Elle aide à garder les survivants unis face à cette inconnue et facilite le deuil. Les Bassouto en Zambie par exemple, estiment que les morts retrouvent les villages, les vallées et les mêmes bois familiers, où ils vont poursuivre leur existence, chassant, festoyant, ou se disputant comme avant. Souvent cet autre monde, tout en ressemblant à celui  des vivants, lui est supérieur : on n’y connaît ni la faim, ni la souffrance. En Nouvelle-Calédonie, les fruits y sont réputés bien meilleurs que ceux que produisent les arbres de notre terre. Certains désignent cet autre monde imaginé « le Paradis » comme dans les grandes religions chrétiennes, musulmanes ou bouddhistes par exemple...