therese bandeau

Thérèse

de Alain Cavalier

France / 1986 / 1h34

avec Catherine Mouchet, Aurore Prieto, Sylvie Habault... 

 

 

Thérèse Martin entre au Carmel de Lisieux avec ses trois soeurs à la fin du dix-neuvième siècle. Elle est gaie, ouverte, idéaliste. Les réalités du couvent, son désir de perfection, la mort de son père, les privatisations et le manque de soins altèrent sa santé. Elle lutte à la fois contre la souffrance physique et l’épreuve de la foi. Elle meurt de tuberculose à vingt-quatre ans en laissant un cahier où elle raconte sa “petite vie”. Il est traduit dans le monde entier. Sa tombe devient un lieu de pèlerinage...

Restauré en 4K, Thérèse bénéficie d’une nouvelle sortie en salles. Presque quarante ans après son Prix du Jury décerné au festival de Cannes la même année, le chef d’oeuvre d’Alain Cavalier – qu’il a réétalonné – fait partie de ces films qui accèdent à une forme d’intemporalité, tant la beauté et la grâce restent intactes.

 

 

 

 

LA PRESSE 

tlrama

« Elle est là, dans chaque plan, comme une évidence. Ce tour de force, tout en douceur et délicatesse, doit beaucoup à la comédienne Catherine Mouchet. Son sourire et son rire font jaillir la vie, la joie d’une foi profonde que rien n’effraie. Alain Cavalier n’a pas peur, lui non plus. Entre Thérèse, son interprète et lui, la communion est possible. Cette croyance porte le film. […] Cette reconstitution est aussi une pure vision, subjective et personnelle, qu’Alain Cavalier a revendiquée comme telle. De cette double attention, à la vérité concrète comme à ce qui peut la transcender, est né un film qui échappe aux modes et au temps, en état de grâce. » 

 

ENTRETIENS