summertimeaffiche2Summertime 

de Carlos Lopez Estrada

Etats-Unis / 2020 /1h35

avec Sun Park, Gihee Hong...

 

 

 

 

Lors d'une chaude journée d'été, les vies d'une vingtaine d'habitantes et habitants de Los Angeles vont s'entrecroiser... Summertime n'est pas à proprement parler un film choral : ses vignettes pop et souvent musicales sont en effet toutes portées par les textes de jeunes poètes qui interprètent eux-mêmes les mots qu'ils ont écrits. Cela donne une saveur toute particulière à ces instants de vie, une authenticité autant qu'une épaisseur inédites. Le récit se déploie comme une sorte de ballet dans lequel les personnages – en sont-ils vraiment ? – entrent et sortent, reviennent ou ne font que passer. Toutes et tous laissent néanmoins une trace indélébile : celle de leur parole, percutante et sublime, intime ou politique, qu'elle soit chantée, déclamée, scandée, dansée ou murmurée.

Summertime est une comédie qui parle aussi de choses très sérieuses, une irrésistible fantaisie qui n’est pas dupe politiquement, une mélodie entêtante où la légèreté n’est pas synonyme de superficialité, et où la solitude cohabite avec le collégial. Une petite musique pas si petite que ça, portée par un souffle lyrique doux-amer et un grand élan de bienveillance. Magique.

Filmographie : "Blindspotting"; "Raya et le dernier dragon"...

 

 

 

LA PRESSE 

premiere

25 artistes artistes vont se croiser dans des scènes explorant leur rapport à la ville de Los Angeles : l'énergie est là.