modeleaffiche143 rue du Désert

de Hassen Ferhani.

Algérie, France, Qatar / 2019 / 1h40

 

 

 

 

 

 

En plein désert du Sahara algérien, Malika accueille routiers et voyageurs fatigués dans son relais routier en leur offrant une cigarette, un café ou une omelette. Si le menu est aussi austère que l’environnement, l’important est ailleurs, car les clients y viennent surtout pour faire une pause, discuter et partager un peu d’humanité au milieu de cette étendue de sable à perte de vue. Témoin de son époque, Malika, une femme d’âge avancé, n’a pas à quitter son café-relais puisque les gens viennent à elle pour raconter leurs histoires personnelles et professionnelles, apportant ainsi des nouvelles du monde. Au fil des ans, elle est devenue une archive vivante de la mémoire collective populaire algérienne, compilant les histoires de voyages. Sa vie entière est une sorte de road movie permanent inversé...

 

 

 

LA PRESSE 

premiere

Film sur la la résistance possible contre la globalisation, une belle réussite.

 

positif logo

Si 143, rue du désert propose un portrait attachant, il réussit surtout à parler du monde.

  

Plus de critiques 

 

ENTRETIENS 

Entretien avec Hassen Ferhani, réalisateur

143 rue du désert est ton second long-métrage. Ici, tout comme dans votre premier film, Dans ma tête un rond-point, il est question des gens et d’un lieu. Comment fait-on pour rencontrer un personnage aussi singulier que Malika ?

Le choix de Malika a été de l’ordre de l’intuition, quelque chose que je ne questionne pas...