Skip to main content
Jonathan Dayton et Valerie Faris

Little Miss Sunshine

Un roadtrip réjouissant , corrosif, cinglant à souhait. Il fait voler en éclat les clichés Outre Atlantique d’une main de maître !


La famille Hoover. Le père, Richard, tente désespérément de vendre son "Parcours vers le succès en 9 étapes". La mère, Sheryl, tente de dissimuler les travers de son frère, spécialiste suicidaire de Proust. Les enfants ne sont pas non plus dépourvus de rêves improbables : la fille de 7 ans, Olive, se rêve en reine de beauté, tandis que son frère Dwayne a fait vœu de silence jusqu'à son entrée à l'Air Force Academy. Quand Olive décroche une invitation à concourir pour le titre très sélectif de Little Miss Sunshine en Californie, toute la famille s’embarque pour un voyage tragi-comique de trois jours.

Little Miss Sunshine est une comédie routière et familiale qui tient toutes ses promesses, à commencer par la plus importante : faire rire. Cette famille de losers caractérisés - à chacun son problème, sa névrose, son obsession, son échec à ressasser ou à encaisser - nous emmène dans un voyage initiatique dont l''amour sera l'apothéose. Entre le sucre de la tendresse et le plus pur vitriol. Pas « politiquement correct » pour deux sous.

Bande-annonce

Générique

  • Réalisateur-rices

    Jonathan Dayton et Valerie Faris
  • Scénariste

  • Durée

    1h40

  • Pays

    France, Belgique

  • Date de sortie

    6 septembre 2006

  • Date de reprise Caméo

    3 juillet 2024

  • Distributeur

     Twentieth Century Fox France


Acteurs et actrices

  • Abigail Breslin → Olive

    Greg Kinnear → Richard Hoover

    Paul Dano → Dwayne

    Alan Arkin → Edwin Hoover

    Toni Collette → Sheryl

    Steve Carell → Frank

    Jill Talley → Cindy

    Justin Shilton → Josh

    Gordon Thomson → Larry Sugarman

    Bryan Cranston→ Stan Grossman

    Paula Newsome → Linda


Filmographie

Pour aller plus loin

Entretien avec Emmanuelle Nicot, réalisatrice

D’où vous est venue l’idée de DALVA ?

D’un imbroglio de plusieurs choses. D’abord, la thématique de l’emprise, qui m’est personnelle. Ensuite, lors de mon dernier court-métrage À L’ARRACHÉ, j’ai été en immersion dans un centre d’accueil d’urgence pour adolescents, et ce qui m’a frappée là-bas, c’est que tous ces enfants qui étaient là pour maltraitance avérée continuaient à faire bloc avec leurs familles considérant que la justice était injuste de les avoir placés. J’ai suivi deux de ces jeunes pendant des années et c’est ainsi que j’ai découvert le chemin qu’ils parcouraient entre la séparation avec leur famille jusqu’à leur «libération». À côté de ça, une de mes amies avait un père éducateur dont le travail consistait à extraire de leur domicile des enfants suspectés de subir des maltraitances pour les emmener en foyer. Un jour, cet éducateur a dû s’occuper d’une fillette de 6 ans vivant seule avec son père  : il s’est retrouvé face à cette petite fille hyper-sensualisée et sexualisée et qui était dans un jeu de séduction par rapport à lui. L’ensemble de ces éléments ont fait naître le projet DALVA. Je me suis demandée : que serait devenue cette fillette à 12 ans, à l’âge de la puberté et des premières histoires d’amour ?