notredamedunilaffiche2

Notre-Dame du Nil

2019

France / Belgique / Rwanda

1h33

de Atiq Rahimi.

avec Pascal GreggoryBelinda RubangoMalaika UwamahoroClariella BizimanaAmanda MugabezakiAlbina Kirenga...

notredamedunilaffichebandeannonce


Rwanda, 1973. Dans le prestigieux institut catholique « Notre-Dame du Nil », perché sur une colline, des jeunes filles rwandaises étudient pour devenir l’élite du pays. En passe d’obtenir leur diplôme, elles partagent le même dortoir, les mêmes rêves, les mêmes problématiques d’adolescentes. Mais aux quatre coins du pays, comme au sein de l’école, grondent des antagonismes profonds, qui changeront à jamais le destin de ces jeunes filles et de tout le pays. Dans son film, Atiq Rahimi ne parle pas directement de la guerre, mais pose un regard sur la jeunesse. Alors que la vie dans l’institut semble paisible, agréable et idéale d’un point de vue spirituel, la mise en scène va progressivement montrer le contraire. Les querelles et les coups bas entre les jeunes femmes. Comme si cette dramaturgie de la jeunesse était un miroir de l’opposition entre les Tutsis et les Hutu. Le film traite donc surtout du rapport entre le sacré et la violence. Adaptation du roman de Scholastique Mukasonga, écrivaine franco-rwandaise, lauréate du Prix Renaudot 2012, Atiq Rahimi nous livre un très beau récit d’émancipation, à la fois physique et psychologique.


La petite histoire

 Avant de partir au Rwanda, Atiq Rahimi a lu beaucoup de livres et visionné presque tous les films, fictions et documentaires sur l’histoire du pays. Il se rappelle : "Mais rien ne pouvait remplacer la rencontre directe avec la population. J’avais bêtement en tête l’image d’un pays très violent, chaotique, avec du bruit et une effervescence permanente. Arrivé là-bas, le silence, la douceur, l’ordre… m’ont immédiatement surpris. Les gens avaient des visages apaisés. Tout autour, les collines recouvertes d’une brume donnaient une impression de quiétude. Ce premier voyage a été une découverte impressionnante qui m’a convaincu de m’embarquer dans cette belle aventure cinématographique."

Côté références, Atiq Rahimi avait en tête les premiers films de Terrence Malick, étant donné que Notre-Dame du Nil parle de thématiques comme la nature, le sacré et la violence. Le metteur en scène avait aussi en tête Zéro de conduite de Jean Vigo. Il raconte : "Je lui rends d’ailleurs hommage avec la séquence de bataille de polochons dans le dortoir où l’on voit les plumes voler au ralenti. Pour la séquence du massacre, je pensais à Elephant de Gus Van Sant et le silence qui accompagnait les scènes de tuerie. Ce silence de mort, je le voulais aussi. Enfin, le dernier plan est un clin d’oeil au film de Abbas Kiarostami, Au travers des oliviers."