littlejoeaffiche2

Little Joe

2019

Autriche / Allemagne / Grande-Bretagne

1h45

de Jessica Hausner.

avec Emily Beecham (Alice), Ben Whishaw (Chris), Kerry Fox (Bella), Kit Connor (Joe), Phénix Brossard (Ric), Leanne Best (Brittany), Andrew Rajan (Jasper), David Wilmot (Karl), Goran Kostic (Mr. Simic), Yana Yanezic (Mrs. Simic), Sebastian Hülk (Ivan)...

Prix d'interprétation féminine, Festival de Cannes 2019

littlejoeaffichebandeannonce


Alice, mère célibataire, est une phytogénéticienne chevronnée qui travaille pour une société spécialisée dans le développement de nouvelles espèces de plantes. Elle a conçu une fleur très particulière, rouge vermillon, remarquable tant pour sa beauté que pour son intérêt thérapeutique. En effet, si on la conserve à la bonne température, si on la nourrit correctement et si on lui parle régulièrement, la plante rend son propriétaire heureux. Alice va enfreindre le règlement intérieur de sa société en offrant une de ces fleurs à son fils adolescent, Joe. Ensemble, ils vont la baptiser " Little Joe ". Mais, à mesure que la plante grandit, Alice est saisie de doutes quant à sa création: peut-être que cette plante n’est finalement pas aussi inoffensive que ne le suggère son petit nom. 

Visuellement, c'est une splendeur. Les choix esthétiques sont originaux, les cadres inventifs, les couleurs éclatantes, presque enfantines pour donner des airs de fable. Toute cette séduisante douceur visuelle crée un décalage, laisse une place aux fêlures. Comme si cette beauté léchée était là pour nous engourdir. La mise en scène éveille les questions, on croit savoir ce que peut être Little Joe. Mais le film est suffisamment subtil, riche, ambigu et intelligent pour changer régulièrement de direction. C’est à la fois une fable réaliste sur les manipulations génétiques, une fantaisie drolatique et surréelle, un film sur la maternité, sur les mécanismes misogynes, un film-mental sur le réprimé, l’empathie, les désirs inconscients – et c'est une immense qualité !

"Vous ne regarderez plus une fleur sans effroi." Libération