leshirondellesdekaboulaffiche2

Les hirondelles de Kaboul

2019

France

1h21

de Zabou Breitman etEléa Gobbé-Mévellec.


Été 1998, Kaboul en ruines est occupée par les talibans. Mohsen et Zunaira sont jeunes, ils s’aiment profondément. En dépit de la violence et de la misère quotidienne, ils veulent croire en l’avenir. Un geste insensé de Mohsen va faire basculer leurs vies. Adapté du roman éponyme de Yasmina Khadra, Les Hirondelles de Kaboul remet en mémoire la chouette ambiance qu’avaient instaurée les fous d’Allah dans la capitale afghane, avec ses lapidations et pendaisons publiques, sa société civile sous haute surveillance, son intelligentsia laminée, ses femmes sous burqa et ses fillettes privées d’école. Réalisé par Zabou Breitman, dessiné par Eléa Gobbé-Mévellec, le duo signe un joli et puissant film contre l’intégrisme. En choisissant de tourner cette adaptation en animation plutôt qu’en prises de vues réelles, elles ont opté pour le contraste et la douceur avec un style graphique particulièrement séduisant. Les tons pastels et les traits éthérés viennent en effet presque contredire la barbarie du sujet et de certaines scènes. Visuellement splendide et vibrant d’incarnation, Les Hirondelles de Kaboul figure avec une force inouïe toute l’horreur d’un peuple où les vivants ont perdu leur âme.


La petite histoire

 La comédienne et réalisatrice Zabou Breitman met en scène pour la première fois un film d'animation. C'est le producteur Julien Monestiez qui lui a proposé d'adapter le roman de Yasmina KhadraLes Hirondelles de Kaboul, avec la participation des Armateurs, maison de production d'animation française à qui l'on doit Les Triplettes de Belleville et Ernest et Célestine. Breitman était emballée par le projet mais avait certaines conditions : "Je l’ai dit d’emblée : il faudra que ça soit très bien joué. Pas seulement bien parlé, mais que les mouvements des personnages, leur rythme, leur respiration, soient justes".