lafemmedemonfrereaffiche2

La femme de mon frère

2019

Canada

1h57

de Monia Chokri.

avec Anne-Élisabeth Bossé (Sophia), Patrick Hivon (Karim), Sasson Gabai (Hichem), Evelyne Brochu (Eloïse), Mani Soleymanlou (Jasmin), Micheline Bernard (Lucie), Magalie Lépine Blondeau (Anabelle Lajoie), Niels Schneider (Alex)...


Montréal. Sophia, jeune et brillante diplômée sans emploi, vit chez son frère Karim. Leur relation fusionnelle est mise à l’épreuve lorsque Karim, séducteur invétéré, tombe éperdument amoureux d’Eloïse, la gynécologue de Sophia. Cette jeune réalisatrice a déjà une carrière d’actrice pointue derrière elle. Elle a commencé avec des films de Xavier Dolan, incarnant à eux deux la nouvelle génération québécoise que le monde entier commence à s’arracher. Monia Chokri réussit son premier long avec une direction artistique et d’acteur très personnelle. Anne-Elisabeth Bossé joue le rôle de Sophia, une héroïne au cynisme moderne, d’une puissance comique et d’un sens de la réplique à faire pâlir bien des acteurs. Tout est beau et rafraîchissant dans La Femme de mon frère, la couleur des costumes, des objets et des décors accompagnent le rythme vif du film. Son sens de la situation, de son époque et de ceux qui l’entourent, lui donne souvent deux coups d’avance, et procure une sorte de jubilation au spectateur, comme témoin privilégié de ce caractère fort. Pas de doute possible, Monia Chokri est un nom qui fera événement. 


La petite histoire

 Pour écrire, Monia Chokri a pour habitude de partir d’une émotion, d’un sentiment très personnel. Pas forcément un événement précismais plutôt une interrogation, quelque chose qui l'a surprise et émue. La réalisatrice explique : "J’ai une relation assez fusionnelle avec mon frère. Le jour où mon frère est tombé amoureux, j’ai senti qu’il fallait que je lui laisse de la place pour vivre ça, loin de moi. C’était étrange. Mais ce qui m’a le plus surpris,c’est que j’observais chezlui des comportements avec son amoureuse qu’il avait auparavant avec moi. C’était troublant, amusant. Ce sentiment très diffus m’est resté et j’ai commencé à écrire une histoire, à imaginer des personnages."