lesparapluiesdecherbourgaffiche2

Les parapluies de Cherbourg

1964

France

1h31

de Jacques Demy.

avec Catherine Deneuve (Geneviève Emery), Nino Castelnuovo (Guy Foucher), Anne Vernon (Madame Emery), Marc Michel (Roland Cassard), Ellen Farner (Madeleine), Mireille Perrey (Tante Élise), Jean Champion (Aubin), Pierre Caden (Bernard), Jean-Pierre Dorat (Jean), Bernard Fradet (Apprenti station essence)...


Cherbourg, 1957 : Geneviève Emery a 17 ans et vit seule avec sa mère, jeune et jolie veuve. Celle-ci tient un magasin où elles vendent tant bien que mal leurs parapluies. Geneviève est amoureuse de Guy, 20 ans, qui travaille dans un garage. Ils vont au théâtre en cachette, ils font des projets d'avenir, et surtout ils veulent se marier. Quand elle l'annonce à sa mère, celle-ci le lui interdit. Pendant ce temps, Guy reçoit sa feuille de route : il doit partir pour deux ans en Algérie...

"Opéra de quatre sous transformé en tragédie mythique, ce film a la grâce des paris fous que l’on se lance sur un coup de tête. Adieu, les pirouettes fantaisistes et envolées gratuites des grandes comédies musicales hollywoodiennes… Chanter devient aussi naturel que respirer. Jacques Demy aime et ose le lyrisme. S’il ressemble parfois à un enfant qui fait du coloriage en sifflant des comptines, méfiez-vous de l’eau qui dort à côté de la gouache lumineuse.

Dans Les Parapluies de Cherbourg, les chansons aériennes camouflent la chamade des cœurs fragiles. Et les papiers peints bariolés cachent de profondes fêlures humaines. Dès le générique, Cassandre chuchote ses prémonitions. Rouges, bleus, verts, jaunes, roses, les parapluies défilent en cadence sur le pavé mouillé, avant de laisser la couleur noire fermer le cortège : quatre grands parapluies, deux petits…

Clin d’œil sinistre à la situation familiale des personnages à la fin du film. Un bonheur sans nuages ne dure jamais longtemps, semble pleurer Jacques Demy. C’est pourtant lui qui signera, deux ans plus tard, le chef-d’œuvre de la félicité absolue : Les Demoiselles de Rochefort." Télérama