lapermissionaffiche3

La permission

Aragh-e Sard

2018

Iran

1h28

de Soheil Beiraghi.

avec Baran Kosari (Afrooz), Amir Jadidi (Yaser), Leili Rashidi (Pantea), Hoda Zeinolabedin (Masi), Sahar Dolatshahi (Mehraneh), Abbas Moosavi (Président de la Fédération), Maryam SarmadiSogand Soleymani...


Afrooz est la capitaine de l’équipe féminine de futsal en Iran qui vient de se qualifier – une première dans leur histoire – pour la finale de la Coupe d’Asie de Nations. Au moment d’embarquer pour la Malaisie où se déroulera ce match si important pour le pays et pour sa carrière, Afrooz est bloquée à l’aéroport : en Iran, une femme doit obtenir l’autorisation de son mari pour pouvoir voyager et celui d’Afrooz lui interdit de sortir du territoire... Ce dernier, présentateur populaire d’un talk show télévisé, se venge ainsi de l’indépendance de son épouse qui n’habite plus avec lui depuis des mois et dont il ne peut accepter qu’elle vive selon ses propres désirs. Peu soutenue par la Fédération qui n’apprécie guère l’insoumission de la jeune sportive, Afrooz doit alors réussir à convaincre son mari de la laisser partir, par tous les moyens...

Le jeune réalisateur Soheil Beiraghi signe avec La permission une œuvre courageuse, inspirée de faits réels. À travers la destinée de son héroïne, enfermée dans une société soumise au bon vouloir des hommes, il dresse le portrait d’un pays encore régi par le conservatisme. Tourné en partie clandestinement et menacé de censure, le film a paradoxalement permis que la loi qu’il évoque soit rediscutée – même si elle n’a pas été modifiée et reste en vigueur. Incarné par une actrice profondément engagée pour le droit des femmes, La permission est un manifeste contre la domination des hommes et la subsistance de lois profondément inégalitaires : un film porté par l’urgence de la nécessité, qui ouvre une fenêtre sur les femmes iraniennes qui résistent au quotidien.


La petite histoire

 La Permission s’inspire d’événements réels. Soheil Beiraghi est parti d’un fait courant en Iran pour écrire le scénario : de nombreuses femmes, athlètes ou artistes, ne peuvent pas quitter le territoire parce qu’elles n’ont pas la permission de leur mari. L’une d’entre elles était la capitaine de l’équipe nationale de futsal. Tout le monde a entendu parler de son histoire en Iran, mais la loi est la loi et beaucoup de femmes ne la connaissaient pas. Le réalisateur voulait parler de celle-ci et des droits des femmes, par le biais d’une histoire accessible à tous.