Ecole et Cinéma 2018/2019 - 2eme trimestre Cycle II LE CHIEN JAUNE DE MONGOLIE

 

CYCLE 2

Trimestre 2

 

Le chien jauneLE CHIEN JAUNE DE MONGOLIE

2006- Allemagne/Mongolie -1h33 - Conte de Byambasuren Davaa - VF

L’action se situe dans une steppe de Mongolie. Nansa, une fillette de six ans, trouve un chien apeuré dans une grotte. Elle le rapporte chez elle mais son père lui demande de le relâcher car il a peur qu’il ait eu des contacts avec les loups et qu’il soit une menace pour son troupeau. Nansa s’obstine à garder l’animal jusqu’au jour où la famille de nomades part s’installer autre part. Le chien est alors abandonné sur place. En chemin, les parents s’aperçoivent que le petit frère de Nansa est tombé de son panier. Lorsque son père le retrouve, le chien est en train de sauver l’enfant d’une attaque de vautours.Le père l’autorise alors à suivre la famille... VF

Le Chien jaune de Mongolie est un conte à plusieurs dimensions. Les enfants s'attacheront immédiatement à l'histoire simple de Nansa et à la résolution du conflit (traité avec une extrême douceur) entre Nansa et son père, au sujet du chien.  Ensuite, ce film offre la particularité d'être en même temps un documentaire très précis sur la vie des nomades en Mongolie. La réalisatrice, dont l'enfance a ressemblé à celle de Nansa dans le film, a choisi une vraie famille de nomades et les a filmés dans leur vie quotidienne. Leurs gestes, leur labeur, leur mode de Davaa prend le temps de filmer. De la durée des plans émane une véritable authenticité. Reste qu'au bout du conte, nous aurons fait un beau voyage !

 

 

Liens :

- Nanouk

- Benshi

- Présentation du film Cinéma Star de Strasbourg

- Fiches de préparation

 

Presse :

Une oeuvre réflexive gorgée d'espoir et un précieux document historique et social aVoir-aLire.com

Byambasuren Davaa réussit encore une fois un film éminemment attachant et beau, mêlant avec finesse et approche documentaire et trame fictionnelle. Positif

Hymne à la vie simple, le film, à la lisière du documentaire et de la fiction, observe les travaux et les jours d'une véritable famillePremière

On trouve surtout, filmé avec une rare délicatesse, le quotidien tranquille d'une famille de nomades. Chaque détail, de l'espièglerie des enfants à la tendresse de leurs parents affairés, offre un saisissant - et universel - effet de réalité. Byambasuren Davaa, réalisatrice de L'Histoire du chameau qui pleure, réussit à déjouer les pièges du folklore et de l'exotisme pour livrer un très joli film, chaleureux et vivant. Télérama

 

7 nominations