Téléchargements :

sorrywemissedyouaffiche sorrywemissedyouaffiche sorrywemissedyouaffichebandeannonce


A propos du film

 sorrywemissedyouafficheSorry We Missed You

de Ken Loach avec Kris HitchenDebbie HoneywoodRhys Stone... 1h40

Ricky, la quarantaine, doit assurer les besoins de sa famille – Abby, sa femme aide-soignante, leur fils Seb qui est en pleine crise d’adolescence, et la petite Lizzie Jane. Il se laisse convaincre de devenir livreur pour son propre compte en s’affiliant à une franchise renommée : pas de contrat, pas de salaire, juste des commissions et l’obligation de respecter les délais de livraison..

 en savoir


 Extrait dossier pédagogique

 Rick et Abby, les personnages de Sorry we missed you, sont les cousins de Daniel Blake, le héros du précédent film de Ken Loach : même ville (Newcastle), même extraction modeste, même humanité vibrante… et même difficultés économiques. Mais si Daniel Blake avait basculé dans le chômage à la suite de problèmes de santé (donnant l’occasion à Ken Loach de dénoncer le démantèlement du « welfare state » britannique), le couple de Sorry we missed you est parfaitement inséré dans le monde du travail. Le couple fait partie de cette nouvelle catégorie des « working poor » (travailleurs pauvres) qui se sont multipliés dans les pays occidentaux depuis la crise de 2008, et particulièrement dans le Royaume-Uni gouverné par les néo-libéraux du parti conservateur. À travers la descente aux enfers de Rick, piégé par les mirages de l’auto-entreprenariat, Ken Loach montre la flexibilisation du marché du travail, qui se traduit par la précarisation de millions de foyers. Sans pathos ni didactisme, le film dénonce de manière implacable la contrepartie sociale de cette « ubérisation » dont le consommateur semble plébisciter les bénéfices.Rick et Abby, les personnages de Sorry we missed you, sont les cousins de Daniel Blake, le héros du précédent film de Ken Loach : même ville (Newcastle), même extraction modeste, même humanité vibrante… et même difficultés économiques. Mais si Daniel Blake avait basculé dans le chômage à la suite de problèmes de santé (donnant l’occasion à Ken Loach de dénoncer le démantèlement du « welfare state » britannique), le couple de Sorry we missed you est parfaitement inséré dans le monde du travail. Le couple fait partie de cette nouvelle catégorie des « working poor » (travailleurs pauvres) qui se sont multipliés dans les pays occidentaux depuis la crise de 2008, et particulièrement dans le Royaume-Uni gouverné par les néo-libéraux du parti conservateur. À travers la descente aux enfers de Rick, piégé par les mirages de l’auto-entreprenariat, Ken Loach montre la flexibilisation du marché du travail, qui se traduit par la précarisation de millions de foyers. Sans pathos ni didactisme, le film dénonce de manière implacable la contrepartie sociale de cette « ubérisation » dont le consommateur semble plébisciter les bénéfices.À ce titre, il constitue un outil pédagogique bienvenu pour nos élèves. Massivement utilisateurs et prescripteurs de ces nouvelles plateformes (Amazon, Uber, Airbnb…), ils en sont aussi pour une partie les victimes présentes (à travers la dégradation des conditions économiques de leurs parents) et futurs (quand ils devront à leur tour s’insérer dans un marché du travail)...


téléchargements :

 sorrywemissedyouaffiche sorrywemissedyouaffiche sorrywemissedyouaffichebandeannonce