merveillesamontefermeilaffiche2

Merveilles à Montfermeil

2019

France

1h49

de Jeanne Balibar.

avec Jeanne Balibar (Joëlle Mrabti), Ramzy Bedia (Kamel Mrabti), Emmanuelle Béart (Emmanuelle Joly), Mathieu Amalric (Benoît Survenant), Bulle Ogier (Delphine Souriceau), Florence Loiret Caille (Juliette Bedoult), Marlene Saldana (Marylin Bouazzi), Philippe Katerine (Préfet Franceschini), Jean-Quentin Châtelain (Jean-Michel Dupin), Mounir Margoum (Selim Bouazzi), Denis Mpunga (Souleymane N'Gon M'Ba), Valérie Dréville (Virginie Jaffret)...

merveillesamontefermeilaffichebandeannonce


Joëlle et Kamel font tous les deux partie de l'équipe municipale de la nouvelle Maire de Montfermeil, Emmanuelle Joly, mais ils sont en instance de divorce. Toute l'équipe travaille à la mise en oeuvre d'une nouvelle et très surprenante politique, dont la pierre angulaire est la création de la « Montfermeil Intensive School of Languages ». Tandis que la ville change et prospère, Joëlle et Kamel se chamaillent…. Mais à l'occasion de la Fête de la Brioche, leur amour peut-il renaître ? Ce premier long-métrage entièrement conçu par Jeanne Balibar est un mélange déroutant de comédie romantique et de comédie musicale. Préférant l’innocence au cynisme, l’actrice-réalisatrice crée avec ses acteurs une municipalité utopique et provocatrice dans toute sa simplicité candide, comme pour nous rappeler que nous gâchons plus d’énergie à détester qu'à aimer, et qu’il serait plus intéressant d’essayer, au moins une fois dans sa vie, de choisir la deuxième voie. Merveilles à Montfermeil milite pour l’être ensemble et la joie comme besoin universel et instrument cathartique...


La petite histoire

 L’idée originelle de Merveilles à Montfermeil date du printemps 2012, mais la source première est plus lointaine puisqu'elle remonte au milieu des années 2000, lorsque Rabah Ameur-Zaïmeche (réalisateur de Terminal Sud avec Ramzy Bedia) avait proposé à Jeanne Balibar un rôle dans un film qu'il allait tourner (sans doute Wesh wesh, qu'est-ce qui se passe ?). La réalisatrice se rappelle : "Mais comme ça arrive parfois et même si les scènes qu'on avait tournées étaient formidables, au bout du compte le film refusait en fait toute cette histoire. Mais moi, j'avais toujours gardé en tête cet intérêt pour Montfermeil d'où venaient les personnages. Et plus tard, quand je me suis dit qu'il faudrait écrire un personnage engagé dans la vie politique pour Emmanuelle Béart, parce qu'elle, et elle seule, pourrait faire ça merveilleusement, j'ai eu envie de situer l'histoire à Montfermeil et j'ai commencé à faire beaucoup de recherches dans ce qui s'appelait encore la "communauté d'agglomération Clichy-Montfermeil."