unmondeplusgrandaffiche2

Un monde plus grand

2019

France

1h40

de Fabienne Berthaud.

avec Cécile de France (Corine), Narantsetseg Dash (Naraa), Tserendarizav Dashnyam (Oyun), Ludivine Sagnier (Louise), Arieh Worthalter (Marc), Catherine Salée (La psychiatre), Thomas Coumans (Sam), Steven Laureys (Le neurologue), Timothée Régnier (Chanteur studio), Jeremy Alonzi (Paul)...

bande annonce


Corine est dévastée après le décès de son mari avec qui elle entretenait une relation très fusionnelle... Son collègue et ami au sein du studio d’enregistrement où elle travaille lui suggère de partir en voyage, le plus loin possible, et l’envoie en Mongolie, chez des éleveurs de rennes, pour enregistrer des chants traditionnels... Lors d’une cérémonie à laquelle elle assiste en tant que spectatrice, elle est prise de convulsions et perd totalement le contrôle de son corps. Selon la chamane Oyun, elle a reçu un don rare et doit être formée aux traditions chamaniques. Ce qu’elle refuse a priori en bloc devient peu à peu une évidence et elle y perçoit l’opportunité de découvrir un monde plus grand, dans lequel elle pourrait éventuellement communiquer avec son amour disparu... Le visage de Cécile de France marque les émotions : son cheminement se passe ainsi de mots et transpire à l’image. Ce projet ambitieux relate de manière sincère et généreuse une épopée au cœur d’un sujet aussi étrange que fascinant !


La petite histoire

 Un monde plus grand est adapté du livre Mon initiation chez les Chamanes de Corine Sombrun, publié aux Éditions Albin Michel. Cette dernière a d'ailleurs été consultante scénario et conseillère technique sur les scènes de transes. Fabienne Berthaud se rappelle : "Il m’a fallu trouver le juste milieu entre une certaine liberté d’adaptation, qui me permettait de faire un film romanesque tout en respectant la vie de Corine Sombrun. Elle a été très présente pendant toute la fabrication du film : consultante sur le scénario, conseillère technique sur les scènes de transes, elle double Oyun la chamane pendant la cérémonie et elle est l’esprit Tseren dans la forêt. On ne la voit jamais mais elle est partout. Corine est "l’esprit" du film. Et je n’ai pas dérogé à ma manière de travailler en mélangeant fiction et réalisme documentaire. Cette histoire est universelle, chacun d’entre nous peut s’identifier. Elle interroge nos peurs ; ce que l’on ne comprend pas et ce que l’on ne maîtrise pas, entre visible et invisible, rationnel et irrationnel, entre science et chamanisme. Mais, avant tout, c’est une grande histoire d’amour."

Un monde plus grand a été tourné dans la steppe mongole, dans une région inaccessible où il n’y a ni électricité, ni eau courante, ni réseau internet. Fabienne Berthaud explique : "Nous vivions comme les Mongols, de façon très écologique dans un camp de yourtes organisé pour l’équipe et on se chauffait avec des poêles à bois. En venant tourner en Mongolie l’équipe devait en accepter les traditions, les croyances, les coutumes. La notion de temporalité est très différente de la nôtre, quand vous demandez à un mongol s’il reste encore beaucoup de chemin à faire il vous répond "Peut-être, ce n’est pas loin, ne t’inquiète pas on arrive toujours". Les mongols préfèrent ne rien dire que de promettre quelque chose qu’ils ne vont pas tenir."