aunomdelaterreaffiche2

Au nom de la terre

2019

France

4h43

de Edouard Bergeon.

avec Guillaume Canet (Pierre Jarjeau), Veerle Baetens (Claire Jarjeau), Anthony Bajon (Thomas Jarjeau), Rufus (Jacques Jarjeau), Samir Guesmi (Mehdi), Yona Kervern (Emma Jarjeau), Solal Forte (Rémy), Raffin Melanie (Sarah), Marie-Christine Orry (Martine Jargeau), Emmanuel Courcol (Notaire)...


Pierre a 25 ans quand il rentre du Wyoming pour retrouver Claire sa fiancée et reprendre la ferme familiale. Vingt ans plus tard, l’exploitation s’est agrandie, la famille aussi. C’est le temps des jours heureux, du moins au début… Les dettes s’accumulent et Pierre s’épuise au travail. Malgré l’amour de sa femme et ses enfants, il sombre peu à peu… Construit comme une saga familiale, et d’après la propre histoire du réalisateur, le film porte un regard humain sur l’évolution du monde agricole de ces 40 dernières années... 

À travers cette première fiction épatante (il avait déjà tourné un documentaire sur le même sujet), le réalisateur rend autant hommage à un père, le sien, qu’au monde paysan. Ce monde qui se lève tôt sans en récolter ni gloire, ni fortune. emarquablement interprété, le film donne envie de creuser le sillon de la solidarité, de se rebeller, de refuser que l’histoire de Pierre ne soit une fatalité qu’on oublie derrière les statistiques.


La petite histoire

Durant la production du long-métrage, Edouard Bergeon a protégé sa soeur et sa mère. "Je les ai tenues informées de la fabrication du film mais elles n’ont pas lu le scénario. Ma mère est fière car ce film rend hommage à mon père, à notre famille, et il lui redonne une voix. Il montre une partie des souffrances que nous avons vécues en silence et dans l’indifférence des institutions et d’une partie de la famille élargie. Car mon père, lorsqu’il se montrait à l’extérieur, montrait son meilleur jour, quitte à jouer le rôle du paysan battant qu’il était auparavant. Il ne voulait pas perdre la face et qu’on voie la moindre faiblesse en lui. C’était une autre histoire quand il était de retour à la maison et qu’il se réfugiait dans le noir, dans sa chambre… Il ne voulait plus voir sa ferme, il ne voulait plus être agriculteur.

Dans ce contexte agricole difficile, les femmes sont assez exceptionnelles. Elles travaillent à l’extérieur pour faire bouillir la marmite, s’occupent des enfants, gèrent la comptabilité et sont aussi là pour soutenir leur conjoint. Pourtant, elles sont toujours la cible des critiques des anciens. Quand ça va mal, c’est de leur faute. "« La fumelle ! », comme mon grand-père les appelait. Pour lui, une femme ne peut pas gérer une exploitation agricole. Il n’a jamais accepté ma mère. Les femmes de la terre ont un rôle très important. Elles font le tampon entre des générations qui ne se comprennent pas, qui n’ont pas la même vision du métier, entre mari et fils. Ce sont des battantes. Quand Pierre dévisse dans le film, il faut beaucoup de force pour aller chez un psychiatre avec ses enfants et prendre la décision de faire interner son mari. Veerle Baetens, qui interprète Claire, la femme de Pierre, en rend merveilleusement compte", explique Edouard Bergeon.