lejeuneahmedaffiche2

tLe jeune Ahmed

2019

Belgique / France

1h24

de Jean-Pierre Dardenne etLuc Dardenne.

avec Idir Ben Addi (Ahmed), Olivier Bonnaud (Educateur de référence), Myriem Akheddiou (Inès), Victoria Bluck (Louise), Claire Bodson (La mère), Othmane Moumen (Imam Youssouf)...


En Belgique, aujourd’hui, le destin du Jeune Ahmed, 13 ans, pris entre les idéaux de pureté de son imam et les appels de la vie.

Le jeune Ahmed, 13 ans, la caméra puissante et discrète ne le lâche pas un instant. Désarmée par les choix de son petit protagoniste, elle se fait même insistante, prête à l’épauler s’il chute. Elle se tient à l’affut de ses moindres soupirs, plus criants que des mots. Elle ne loupe aucun souffle des personnages, nous laisse à peine le temps de reprendre le nôtre. Ce n’est pas tant l’action qui est mise en scène ici, mais bel et bien l’impuissance des adultes qui gravitent autour de ce jeune Ahmed à l’âme impénétrable. Comme à une autre époque le gamin au vélo. Il fallait immanquablement que les frères Dardenne passent par là...


La petite histoire

En terminant l’écriture de ce scénario, les frères Dardenne se sont rendus compte que d’une certaine manière, ils avaient écrit l’histoire des tentatives infructueuses de divers personnages pour conduire le jeune fanatique Ahmed à renoncer à son "plan". "Quels que soient ces personnages : Inès sa professeure, sa mère, son frère, sa soeur, son éducateur, le juge, la psychologue du Centre Fermé, son avocat, les propriétaires de la ferme où il est placé, leur fille Louise, aucun ne réussit à entrer en communication avec le noyau dur, mystérieux de ce garçon prêt à tuer sa professeure au nom de ses convictions religieuses", expliquent les cinéastes. 

En commençant l’écriture, les frères Dardenne n'imaginaient pas qu'ils étaient en train de donner naissance à un personnage si fermé, capable de leur échapper à ce point, de les laisser sans possibilité de construction dramatique pour le rattraper, le faire sortir de son fanatisme. "Même Youssouf, l’imam de la mosquée intégriste, le séducteur qui a capté l’énergie des idéaux de l’adolescent pour les mettre au service de la pureté et de la haine de l’impureté, même lui, le maître, est surpris par la détermination de son disciple. Et pourtant, pouvait-il en être autrement ? Pouvait-il en être autrement si le fanatisé est si jeune, presque un enfant, et si, de plus, son maître séducteur l’encourage à vénérer un cousin martyr, un mort ?", questionnent les réalisateurs.