La mort de Staline

The Death of Stalin

2017

Etats-Unis / France / Grande-Bretagne

1h48

d'Armando Iannucci.

avec Steve Buscemi (Nikita Khrushchev), Simon Russell Beale (Lavrenti Beria), Jeffrey Tambor (Georgy Malenkov), Paddy Considine (Andreyev), Rupert Friend (Vasily), Jason Isaacs (Maréchal Zhukov), Olga Kurylenko (Maria Veniaminovna Yudina), Michael Palin (Vyacheslav Molotov)...


Inspiré de la bande dessinée française du même nom de Thierry Robin et Fabien Nury, le film raconte, sous la forme d’une comédie satirique, la lutte pour le pouvoir qui fait rage dans l’entourage de Staline au lendemain de la mort du dirigeant soviétique, en 1953. Le scénariste et réalisateur écossais transpose toute sa maestria de la satire politique au régime Stalinien. Les officiels et les docteurs de plus en plus fatigués par Staline, même mort, servent de prétexte pour que le film s’engouffre dès que possible sur le terrain de la farce et saisir constamment l’étincelle d’une histoire réelle pour en faire un brasier comique. Une chamaillerie d’envergure où il aborde cette réalité non pas par imitation, mais à travers la caricature. Un tableau absurde au casting délicieusement burlesque où l’on retrouve, entre autres, Steve Buscemi qui campe Khrouchtchev et le Monty Python Michael Palin incarnant Molotov. Dans cette danse endiablée, Iannucci parvient aussi à rendre la brutalité du régime stalinien tout en restant merveilleusement joueur, entre Histoire, rires et lit de mort.


La petite histoire

 La Mort de Staline est adapté du roman graphique du même nom de Fabien Nury et Thierry Robin, centré sur cette lutte de pouvoir abjecte (et étalée sur deux jours) des anciens subordonnés du dictateur pour lui succéder. Ce sont les producteurs français Yann Zenou, Laurent Zeitoun et Nicolas Duval Adassovski qui ont acheté les droits des deux bandes-dessinées et ont eu l’idée de contacter Armando Iannucci. Ce dernier est en terrain connu avec La Mort de Staline puisqu'il est le scénariste-réalisateur de la série sarcastique The Thick of It et du film oscarisé In the Loop, qui dissèquent les rouages de la politique britannique, ainsi que de la série américaine multiprimée Veep, satire politique sur une vice-présidente fictive et son équipe. 

En amont du tournage, Armando Iannucci s'est documenté sur le Moscou des années 1940 et 1950 et a pu constater à quel point cette époque était abominable : chacun connaissait quelqu’un qui avait été envoyé au goulag ou qui avait été exécuté. "Pour supporter une telle situation, des recueils de blagues circulaient sur Staline et Beria. Ces recueils étaient très populaires mais on aurait été exécutés si on était pris en possession d’un exemplaire. Cette tension est si effrayante que ça en devient étrangement comique, d’une manière légèrement hystérique. Notre intention était de réaliser un film drôle qui désarçonne", confie le metteur en scène. 

La mort de Staline ne sortira finalement pas en Russie. Le ministère russe de la Culture a annulé la sortie de La mort de StalineRaison de cette interdiction ? Le ton satirique de cette comédie signée par le cinéaste à qui l'on doit également le long métrage In The Loop.