A Beautiful Day

A Beautiful Day

Titre original : You Were Never Really Here

2017

Grande-Bretagne / France / Etats-Unis

1h25

de Lynne Ramsay.

avec Joaquin Phoenix (Joe), Ekaterina Samsonov (Nina), Alessandro Nivola (Senateur Williams), Alex Manette (Senateur Votto), John Doman (John McCleary), Judith Roberts (Mère de Joe), Jason Babinsky (L'Oeil de la Providence), Frank Pando (Angel)...

Interdit - 12 ans

 

Prix d'interprétation Masculine, Joaquin Phoenix, Festival de Cannes 2017

Prix du Scénario, Festival de Cannes 2017


La fille d’un sénateur disparaît. Joe, un vétéran brutal et torturé, se lance à sa recherche. Confronté à un déferlement de vengeance et de corruption, il est entraîné malgré lui dans une spirale de violence... Lynne Ramsay est décidemment une cinéaste audacieuse (« We Need to Talk About Kevin »). L’originalité de son scénario, adapté d’un roman de Jonathan Ames, est d’avoir combiné un récit policier à un voyage introspectif dans l’inconscient d’un traumatisé de guerre. Le montage s’avère brillant, et Lynne Ramsay est dotée d’un réel sens de l’atmosphère tout en mobilisant, de manière explicite, un certain nombre de films culte. De « Psychose » à « Taxi Driver » en passant par le cinéma de Tarantino et des frères Coen, Ramsay a des références de choix. L’oeuvre est brillamment servie par la photographie de Tom Townend, la musique électronique percutante de Jonny Greenwood, et surtout l’interprétation habitée de Joaquin Phoenix. Bouffi, barbu, et complètement halluciné, l’acteur offre une composition qui fera date. Un thriller sophistiqué à la fois séduisant et déroutant, à la virtuosité indéniable !


La petite histoire

Joaquin Phoenix décrit Joe, le vétéran brutal et torturé qu'il incarne à l'écran dans A Beautiful Day :

"On ne voulait pas mettre l’accent sur le physique des personnages : on ne voulait pas faire un film hollywoodien. Il est très corpulent dans le film, comme s’il portait une armure, mais aussi une certaine absence. C’était l’idée du personnage." Et l'acteur ne voulait pas tomber dans les clichés :

"(…) Il a fallu du temps pour comprendre le personnage, cela a beaucoup évolué au cours du tournage. Je ne voulais pas jouer le rôle d’un héros masculin ou mettre en avant une masculinité. C’est un personnage capable, mais à bien d’autres égards incapable. La petite fille se sauve elle-même, mon personnage n’est pas le garçon qui sauve la fille, c’est plus complexe que cela."