La prisonnière

La prisonnière

1968

France / Italie

1h50

de Henri-Georges Clouzot.

avec Laurent Terzieff (Stanislas Hassler), Bernard Fresson (Gilbert Moreau), Dany Carrel (Maguy), Elisabeth Wiener (Josée), Michel Etcheverry (Le chirurgien), Claude Piéplu (Le père de Josée), Noëlle Adam (La mère de Josée)...


Gilbert et Josée forment un couple uni. Un pacte d'indépendance et de franchise réciproques les lie depuis des années. Mais Josée est subjuguée par Stan, le directeur de la galerie d'art qui expose les oeuvres de son mari. Cet homme, qui a fait de la perversion un véritable mode de vie, photographie lui-même des femmes qu'il humilie au cours de séances secrètes. Josée entre bientôt dans son jeu particulièrement troublant et devient son modèle permanent. Un véritable amour commence à naître entre eux...

"La démarche de Clouzot n’est ni complaisante, ni racoleuse ; il explore « le mal » (c’était le titre initialement prévu) et s’interroge pour aboutir à « la pire douleur : le manque d’amour et le désespoir ». Mais plus que le fond, c’est la forme de La prisonnière qui enthousiasme : tout semble parfait, reposant sur une grande rigueur de construction et montrant une approche très artistique. La soirée de vernissage et l’appartement du galeriste débordent de superbes exemples d’art cinétique et la scène finale du rêve est une merveille d’inventivité. La photographie est très belle et soignée, c’est particulièrement net lors de l’escapade bretonne, le perfectionnisme du réalisateur transparaît constamment. La prisonnière est un très beau film. C’est hélas le dernier film d’Henri-Georges Clouzot." Le Monde