Le mystère Picasso

Le mystère Picasso

1956

France

1h18

de Henri-Georges Clouzot.

avec Pablo PicassoHenri-Georges Clouzot...


« On donnerait cher pour savoir ce qu’il s’est passé dans la tête de Rimbaud pendant qu’il écrivait le Bateau ivre… » Tels furent les premiers mots d’Henri-Georges Clouzot pour commenter Le Mystère Picasso.

Ce film donne à voir l’exécution par Pablo Picasso de dessins et de tableaux, au moyen d’un procédé technique innovant qui se propose de lever le voile sur le mystère de la création de l’artiste. 

Au printemps 1955, Picasso fait part d’une récente découverte à Clouzot : des feutres-pinceaux inventés par un graveur américain, trempés dans des encres spéciales. 

Ces feutres et encres ont la propriété de traverser le papier sans baver et d’inscrire au verso les traits exacts dessinés au recto. 

Clouzot décide alors de filmer, non pas Picasso en train de créer, mais sa création elle-même, débarrassée de l’outil et de la main du peintre. 

La caméra de Clouzot, cadrant la toile (un papier calque) du côté opposé à celui de Picasso restitue au public le geste artistique en transparence et, par là même, le cheminement de la pensée du créateur à l’œuvre.

Puis, le film passe à la couleur : peintures à l’huile, plus classique, filmées en cinémascope image par image. 

Lorsque Picasso peint à l’huile, la technique est différente. Clouzot place sa caméra derrière le peintre et photographie la toile à chaque évolution, tandis que Picasso s’écarte. 

Pour suivre fidèlement les proportions des toiles, le format de tournage s’adapte. 

Ainsi, le film sera le seul à employer successivement le noir et blanc et la couleur, et deux formats (1,66 et scope). Parallèlement, la bande sonore suit la même évolution : on n’entend d’abord que le crissement du feutre sur le support papier ; puis ce sont des mesures de guitares ou des solos de batterie évoluant jusqu’à la plénitude de l’orchestration de Georges Auric accompagnant l’œuvre en phase d’achèvement.

"C’est un véritable spectacle ! Si au début du film, le crissement du feutre sur le papier est l’unique environnement sonore, la musique se fait de plus en plus présente à mesure que le film avance (parfois un peu trop, peut être). Le Mystère Picasso est un film passionnant, absolument indispensable à toute personne intéressée par la peinture ou par le processus créatif en général." Le Monde