Le maître est l'enfant

Le maître est l'enfant

2017

France

1h40

d'Alexandre Mourot. 

 


Alexandre Mourot, réalisateur et jeune père, regarde sa fille faire sa propre expérience du monde. S'interrogeant sur sa scolarisation prochaine, il décide d'aller tourner dans une classe d'enfants de 3 à 6 ans de la plus ancienne école Montessori de France. Dans une salle accueillante, avec des fleurs, des fruits, beaucoup de matériel, Alexandre rencontre des enfants libres de leurs mouvements et de leurs activités, qui travaillent seuls ou à plusieurs dans une ambiance étonnamment calme. Le maître est très discret. Chacun lit, fait du pain et des divisions, rit ou dort en classe. Pendant une année, le réalisateur filme la mise en œuvre de cette pédagogie de l’autonomie et de l’estime de soi que Maria Montessori voyait, en pleine fureur de la première moitié du XXe siècle, comme la promesse d’une société nouvelle de paix et de liberté.


La petite histoire

 Alexandre Mourot voit la vision de la pédagogie propre à Maria Montessori comme étant contemporaine parce qu'elle est à la fois originale, spirituelle et universelle. La célèbre médecin et pédagogue italienne a tenu des discours très importants sur la paix dans le monde et pour le réalisateur, dans la période troublée que nous traversons, cette pédagogie va à l'essentiel en mettant au cœur de son projet l'autonomie et la confiance en lui de l'enfant. 
"C'est aussi la seule créatrice d'une pédagogie nouvelle qui ait essaimé autant d'écoles à travers le mon de et sur tous les continents. Elle considère l'éducation non pas comme une transmission de savoir, mais comme une aide au développement psychique de l'enfant. Ce point e st tellement déterminant, tellement actuel ! Qu'il s'agisse de réforme de l'école, de l'analyse de l'impact de l'arrivée des nouvelles technologies dans les écoles, ou de formation des maîtres ... cette thèse gagne à être méditée. Seul l'enfant, disait-elle, peut nous guider, nous obliger à nous dépasser, nous élever spirituellement... C'est extrêmement fort cette idée, non ?", développe-t-il.

Alexandre Mourot a posé sa caméra dans une école à Roubaix. Le metteur en scène avait visité et observé le fonctionnement de 22 écoles Montessori, aux quatre coins de la France, avant de retenir celle de la ville du département du Nord. Ce sont principalement l'ambiance, les enfants, les qualités pédagogiques et humaines du maître qui ont poussé Mourot à choisir cette école. Il précise : 
"L'école Jeanne d'Arc est une école privée sous contrat qui pratique la pédagogie Montessori depuis 1946 en maternelle et primaire. C'est même la plus ancienne de France. Elle a été fondée par des sœurs dominicaines et les plus âgées d'entre - elles se sont formées directement auprès de Maria Montessori. L'école accueille aujourd'hui 650 enfants. La classe que j'ai choisie est celle de Christian Maréchal, une classe maternelle de 28 enfants âgés de 3 à 6 ans. Christian Maréchal est non seulement éducateur, mais forme à la pédagogie Montessori en France et en Suisse au sein d'organismes de formation validés par l'Association Montessori International e (AMI). L'école est située au centre de Roubaix. Elle accueille des enfants de milieux sociaux très divers. C'est par conséquent une situation moyenne. Sans être une école exclusive pour enfants de milieux très favorisés, ce n'est ni une école rurale où tout le monde se connaît, ni une école de ZEP où les familles cumulent beaucoup de difficultés économiques, sociales ou linguistiques. Ces éléments étaient très importants pour moi."