Le chemin de Stevenson

 

lechemindestevensonRobert Louis Stevenson est aujourd’hui connu du grand public grâce à de nombreux ouvrages dont les plus célèbres sont L’île aux trésors (1883) et Docteur Jekyll et Mister Hyde (1886). 

Mais en 1878, Robert Louis Stevenson n’a presque rien publié. Il a 28 ans, il rêve d’être écrivain, est de santé fragile, et a une vie personnelle assez compliquée : issu d’un milieu aisé, il est financièrement dépendant de son père,  Thomas, un calviniste fervent qui voit d’un mauvais œil la vie de  bohème  que mène son fils : en pleine époque victorienne, Robert fréquente une femme mariée et mère de deux enfants,  Fanny Osbourne, qu’il a rencontrée en France alors qu’elle venait se former à la peinture auprès des impressionnistes de Barbizon. 

C’est le grand amour… Mais en août 1878 Fanny repart en Californie, et Robert sombre dans la déprime. 

C’est dans l’espoir d’oublier Fanny - et de satisfaire sa curiosité pour les Camisards - que le 22 septembre 1878, le jeune écossais part marcher dans les Cévennes.

Au Monastier-sur-Gazeille (HauteLoire), il achète une petite ânesse, Modestine, qui l’accompagnera dans son voyage. 12 jours, 220 km et beaucoup d’aventures plus tard, il arrive à Saint-Jean-du-Gard. 

Il rédige alors une chronique de ce voyage, qui sera publiée en 1879, sous le titre de Voyage avec un âne dans les Cévennes. L’argent qu’il retire de cette publication lui permettra de rejoindre Fanny aux Etats-Unis, et, celle-ci ayant obtenu le divorce, de finalement l’épouser.

Le récit de voyage de Stevenson est peu à peu devenu culte pour les randonneurs du monde entier. 

Il a inspiré bien des envies de voyage, et permis de retracer l’itinéraire parcouru par Robert et Modestine au 19ème siècle. 

Connu sous le nom de Chemin de Stevenson, le GR®70 attire désormais plus de 10000 randonneurs par an venus marcher sur les traces de cet aventurier écossais amoureux de la France…