Mi iubita mon amour

de Noémie Merlant

France / 2021 / 1h35

avec Gimi Covaci, Noémie Merlant, Sanda Codreanu... 1h35 

 

 

Jeanne part fêter son enterrement de vie de jeune fille en Roumanie avec des amies. Elle y rencontre Nino et sa famille. Tout les sépare. C'est le début d'un été passionnel et hors du temps.
 

Filmographie : 1er film

 

 

 

LA PRESSE 

positif logo

C'est dans le traitement pudique de l'amour et du désir que le film impose sa sensibilité humaine et politique. Sortir des cadres imposés et des visions convenues : un choix de vie et un choix de production assumés dans cet hymne à la liberté. 

 

cineuropa logo 2

Sous sa surface de petite production improvisée et d’ode à la liberté, le film travaille assez finement les contrastes et nombre de questions sur le passage de l’autre côté du miroir (la xénophobie, les préjugés, la pauvreté, la neutralité, les fantômes, les racines...). Installant son film dans le temps suspendu de l’attente, la cinéaste laisse progressivement le charme opérer et signe une très jolie histoire d’amour. 

 

LE BLEU DU MIROIR

Renversant le rapport de force habituel entre étrangers et locaux, Mi Iubita donne corps à une utopie presque impensable aujourd’hui en France, au sein de laquelle les barrières communautaires tombent et les idées reçues se défont.

 

ENTRETIENS 

Entretien avec Noémie Merlant, réalisatrice

Pour un premier film, MI IUBITA MON AMOUR est très atypique : tournage en Roumanie, acteurs non professionnels, budget hyper serré... Comment est né ce projet ? 

Après le tournage de mon court-métrage SHAKIRA, je me suis sentie plus légitime pour réaliser des films, et je ressentais le besoin de m’exprimer. Sanda, Alexia et Clara, qui jouent dans MI IUBITA sont mes amies dans la vie. Elles sont comédiennes, nous nous épaulons mutuellement dans nos projets personnels. Elles étaient présentes sur le tournage de SHAKIRA... 

 

Entretien avec Gimi Covaci, acteur

Avant de rencontrer Noémie Merlant et de jouer dans son court métrage, SHAKIRA, étiez-vous intéressé par le cinéma ?

Bien sûr, comme tous les enfants, mais je n’ai jamais cru que je pourrais travailler un jour dans le cinéma pour plein de raisons : mon ethnie, ma situation sociale… J’étais Gitan, et Roumain, la totale !...