Adieu les cons adieulesconsaffiche2

 

bandepart2

Dupontel joue à Bonnie & Clyde dans cette odyssée tendre et caustique, désespérée et drôle. À la vie à la mort...

Lire la critique 

 

cultureaupoing

'Adieu les cons" est une fable haletante du début jusqu'à sa fin audacieuse, où le burlesque et le lyrisme s'harmonisent. Si l'ineptie est devenue la norme, être à la marge en faisant preuve d'humanité et de solidarité permet de vivre, enfin ! Mala vida ! 

Lire la critique 

 

lavoixdunord

Dupontel joue à fond la corde de l’émotion (parfois à l’excès, petit bémol). Mais il garde intacte son appétence pour le rythme effréné et la trouvaille visuelle. Et quel plaisir de passer en revue toute sa famille artistique (...). 

Lire la critique 

 

leparisien

Albert Dupontel signe un opéra visuel magnétique et nerveux, fébrile et puissant.

 

ouestfrance

Un délice de cinéma.

 

positif logo

Si depuis maintenant trois films (9 Mois ferme, 2013, Au revoir là-haut, 2017, et celui-ci), Albert Dupontel n’a pas changé son style à base de caméra exubérante et de couleur sépia, ni ses personnages paumés dans leur solitude, la facture acrobatique de ses récits – scénario compris – est de plus en plus tendue vers un regard chaleureux et social.

 

rollingstone

Entre burlesque et tragédie, le septième long métrage d’Albert Dupontel est l’un de ses meilleurs, et frappe juste : en plein cœur.

Lire la critique 

 

20minutes

La rencontre entre un suicidaire, une femme condamnée par la maladie et un employé aveugle dans « Adieu les cons » se révèle une merveille de drôlerie et de poésie. 

Lire la critique 

 

dna

Albert Dupontel, clown désabusé et clairvoyant, n’est pas triste : si le ressort est dramatique, la situation est comique. Vous allez rire, beaucoup même, rire jaune, rire noir, de cette tragédie burlesque de la vie défaillante, emmenée par un improbable et formidable trio. 

 

ecranlarge

Film le plus émouvant de son auteur, où le punk cartoon se marie étonnamment bien avec des émotions aiguës, dont la justesse impressionne, "Adieu les cons" ne laisse pas indemne. 

Lire la critique  

 

elle

Un road trip sans temps mort, qui repose par ailleurs sur l'instinct maternel, la grâce des grands timides et autres irrésistibles mignonneries. 

 

femmeactuelle

On pense aux univers de Jacques Tati, de Wes Anderson ou de Terry Gilliam, autant de réalisateurs qui prennent des libertés avec le réel pour, finalement, mieux en parler à leur façon. 

 

lacroix

Virginie Efira, tout en émotions contenues, apporte un supplément d’humanité à la noirceur de son propos. 

Lire la critique 

 

le dauphine libere

Une comédie corrosive au romantisme fou. 

 

lejournaldudimanche

Frénétique mais ultra-maîtrisée, la mise en scène met au centre l’émotion et offre de nombreux moments de grâce, comme une scène de déclaration d’amour pilotée à distance dans un ascenseur. Beau et fou. 

 

lobs

Ainsi, ce foisonnant « Adieu les cons » apparaît moins tenu, plus instable que « Neuf Mois ferme ». Un moindre mal tant la patte de Dupontel, ce mélange de satire sociale et de délire burlesque, reconnaissable entre toutes, nous venge du manque d’imagination dont souffre trop souvent le cinéma français. 

 

fiches du cinema

Jolie comédie grinçante, le film ne convainc cependant pas totalement. 

Lire la critique  

 

marianne

Une comédie féroce.

 

premiere

Le Dupontel 2020 est un excellent millésime. 

Lire la critique 

 

sudouest

Trame à la fois explosive et tendre, par la grâce d’un cinéaste qui dynamite les codes mais ramasse la mise, et dont les acteurs sont également épatants (...). 

 

tlrama

Le cinéma d’Albert Dupontel ne cesse de surprendre par sa tendresse iconoclaste et rageuse.