Josep josepaffiche2

 

bandepart2

Une œuvre dessinée poignante par son sujet fort et sa forme audacieuse, où la poésie visuelle renforce la dureté du réel. 

Lire la critique 

 

franceinfo2

Regard sur l’histoire et drame humain, "Josep" illustre combien l’animation se prête au traitement de sujets graves. Le film méritait sa sélection à Cannes, autant par son sujet, son traitement que sa forme. Magnifique. 

Lire la critique 

 

lavoixdunord

Aurel signe un magnifique et poignant film d’animation évoquant le destin de Josep Bartolí, dessinateur catalan ayant fui le régime de Franco en 1939 et qui s’est retrouvé dans d’immondes camps de la honte, en France.

Lire la critique 

 

ouestfrance

Un long métrage poignant et habilement construit. 

 

sudouest

Le film est splendide, non seulement parce qu’il prend le parti de la complexité jusque dans le trait, à la fois esquissé et ardent, mais aussi car il ressuscite une époque par le truchement d’une rencontre: celle d’un gamin d’aujourd’hui avec son grand-père. 

 

tlrama

De ce Josep recommandé à tous les publics, beaucoup d’images resteront gravées, mais on en retient une en particulier : deux amis à la vie à la mort repeignant, en compagnie de Frida Kahlo, la façade d’une hacienda avec des couleurs éclatantes. Insolentes comme l’espoir. 

 

20minutes

Le film rend un hommage intense à Josep Bartoli, à son talent, mais aussi à sa force de résistance. 

 

cinemateaser

Mais surtout, le scénario de Jean-Louis Milesi démontre, s’il le fallait encore, à quel point la haine n’a pas besoin de causes pour exister, juste de faire de son prochain un Autre. 

Lire la critique  

 

dna

Sobre, sans forçage sentimentaliste, Aurel ranime la figure de Bartoli dans une œuvre réaliste, redessinant à son tour, trait pour trait, ce tragique enfermement, mais aussi, l’espoir et des rêves de Bartoli. Le crayon est une arme. 

 

lacroix

Un long-métrage animé, émouvant et singulier, qui fait œuvre de mémoire tout en rendant hommage à l’art graphique. 

Lire la critique 

 

le dauphine libere

Sobre, sans forçage sentimentaliste (...). 

 

lejournaldudimanche

Un film à l'esthétique superbe sur la transmission, le courage et l'amitié. 

 

lobs

Ce biopic inspiré d’événements authentiques est poignant, et la colère devant le traitement indigne que la République française a fait subir aux réfugiés n’est pas éteinte. Le crayon est une arme à tuer les fascistes, le film le démontre avec éclat. 

 

leparisien

Aurel illustre ce récit de dessins magnifiques qui s'animent ou se figent et superpose même parfois une scène et le dessin qu'en fait Josep, son héros. Il signe ainsi un film émouvant, mais aussi une ode à la puissance du dessin. 

 

fiches du cinema

En mélangeant dessin de presse et animation, Aurel rend un bel hommage au dessin comme outil de résistance. 

Lire la critique  

 

inrocks

Le dessin d’Aurel est beau, gracieux. L’animation subtile, n’hésitant pas à pratiquer l’effacement, le surplace, à jouer sur l’immobilité des personnages. 

 

liberation

La délicate beauté du film étant de parvenir à montrer l’art comme une pulsion vitale, destinée à arracher de l’oubli le visage d’une femme dont on a été séparé ou fixer les errances morales d’une IIIe République agonisante.

Lire la critique 

 

marianne

Singulier et émouvant.  

 

positif logo

Aurel (Le Monde, Le Canard enchaîné) rend un vibrant hommage à un de ses aînés, le caricaturiste espagnol Josep Bartoli. 

 

premiere

Le résultat est un ravissement pour les yeux tout au long de ces 80 minutes incroyablement denses et pourtant d’une fluidité jamais prise en défaut. Un coup d’essai façon coup de maître. 

Lire la critique 

 

avoiralire

Véritable héros du film, le dessin met en abîme les vocations partagées du réalisateur et de Josep Bartoli, dessinateur de presse et anti franquiste. Porté par une bande son envoûtante, ce premier long métrage d’Aurel est un bel hommage à l’art de la résistance.

Lire la critique 

 

Cahiers du cinma logo

Radicalisant cette démarche jusque dans une séquence finale, émotionnellement troublante, où un croquis devient la pièce manquante d’un puzzle et trouve sa juste place au musée, l’enthousiasmant premier long métrage d’Aurel, dessinateur de presse au Monde et au Canard enchainé, choisit délibérément la voie de la mise en abime et du dialogue intime. 

 

lemonde

C’est le second mérite de Josep.Aurel ne nous fait pas seulementdécouvrir un dessinateur au re­gard acéré et au trait sûr, il porte un éclairage (peut­être un peu uni­voque) sur une période mécon­nue de notre histoire.