Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary calamityaffiche2

 

femmeactuelle

Tout simplement admirable. 

 

positif logo

Trois lignes forment un riche entrelacs, l’héritage du western, le volet peu connu de la légende de Martha Jane et l’artifice de l’animation. L’originalité du thème, vecteur d’un féminisme classique, rejoint la qualité esthétique pour livrer une vision émouvante de l’enfance. 

 

tlrama

Un western ébouriffant sous forme de parcours initiatique. 

 

bandepart2

Ce film d'animation trépidant avec ses péripéties bien menées retrace avec une grande maîtrise le cheminement d'une émancipation féminine. 

Lire la critique  

 

cinemateaser

Une volonté de déconstruction des stéréotypes qui passe aussi par la relecture de la mythologie de Calamity Jane, inscrite dans la légende western comme une femme qui se faisait passer pour un homme. 

 

franceinfo2

Les personnages sont des plus attachants, héros d’une aventure passionnante aux nombreux rebondissements. Enfants et parents y trouveront largement leur compte : une grande réussite. 

Lire la critique  

 

lejournaldudimanche

Un conte initiatique moderne qui parle de quête d'émancipation, de liberté et d'indépendance, tout en développant une réflexion sur le genre qui combat les préjugés dans un univers artistique radical, coloré et inondé de lumière. 

 

lobs

La ligne claire du dessin est étoffée par un travail remarquable sur le décor, dont les couleurs évoquent et recréent le Far West avec une poésie surréaliste. Du grand art. 

 

leparisien

Il en résulte un film d'aventures aussi intelligent que passionnant, mené à cent à l'heure, plein de suspense et de rebondissements, qui va tenir en haleine les plus jeunes comme les adultes. 

Lire la critique 

 

fiches du cinema

L’enfance de la future Calamity Jane, filmée comme par des peintres, dans un subtil jeu d’aplats de couleurs. Au gré de multiples péripéties, se raconte l’émancipation de la turbulente fille de l’Ouest. Une réussite totale, signée par une équipe quasi paritaire. 

Lire la critique  

 

lemonde

Les décors aux allures de ta­bleaux fauvistes donnent vie aux grands espaces. Et aux personna­ges leur dimension héroïque.

 

premiere

On s’attache tellement à cette fillette qu’on se prend, avant même la conclusion de ses aventures, à espérer une suite pour savoir comment elle finira par devenir cette redoutable hors-la-loi de légende. 

Lire la critique