Antoinette dans les Cévennes antoinettedanslescevennesaffiche2

 

lejournaldudimanche

Quel bonheur que cette comédie qui nous garde encore la tête dans l’été grâce à ses paysages ensoleillés et nous fait hurler de rire avec son héroïne qui ne baisse jamais les bras malgré les embûches du chemin et de la vie !

 

avoiralire

Une bouffée d'air pur et de bonne humeur en compagnie de la pétillante Laure Calamy et de son insolite compagnon.

Lire la critique  

 

bandepart2

"Antoinette dans les Cévennes" fait du bien, avec modestie et finesse, tout en mariant harmonieusement le ton personnel et l’ardeur populaire. 

Lire la critique  

 

franceinfo2

Ce conte tendre et drôle, qui fleure bon l'amour, la liberté et la joie, avec les montagnes cévenoles, magnifiquement photographiés, est un film totalement relaxant, une vraie bouffée d'oxygène. 

Lire la critique  

 

femmeactuelle

On rit de bon coeur avec cette Antoinette si tendre et ingénue, sa spontanéité désarmante, ses doutes, ses mirages... 

 

lacroix

Dans cette comédie réjouissante de Caroline Vignal, Laure Calamy déploie toute la palette de son talent dans le rôle attachant de cette Antoinette qui part randonner avec un âne dans les Cévennes, sur les traces de son amant (et de Stevenson), pour mieux se retrouver elle-même. 

Lire la critique  

 

lefigaro2

Vingt ans après Les Autres Filles, la réalisatrice Caroline Vignal signe une comédie désopilante portée par une actrice irrésistible, dans son premier grand rôle au cinéma. 

 

lemonde

Caroline Vignal signe un récit d’émancipation hilarant, dissimulé sous un vaudeville en milieu rural. 

 

lobs

Un film d’altitude qui fait du bien. 

 

leparisien

Sélectionné par le Festival de Cannes 2020, ce film pétillant brosse le portrait d'une femme à fleur de peau, fragile et déterminée, libre surtout. 

Lire la critique  

 

lepoint fr

Les situations cocasses s'enchaînent et l'on rit beaucoup, mais le second long métrage de Caroline Vignal ne s'arrête pas au comique de ridicule. 

 

Une femme, un amant marié, des pics de randonnée et un âne nommé Patrick. Voici les ingrédients de cette comédie qui déjoue les attentes. Ce faux vaudeville déjoue les attentes pour se muer en portrait de femme, drôle et réjouissant. Vive la rentrée !

Lire la critique  

 

inrocks

La comédie la plus réussie de cette rentrée et un joli néo-western féministe.

 

paris match

Cette peinture acerbe des petits arrangements humains, finement déguisée sous un vernis de vaudeville et de road-movie, confirme le brio de Laure Calamy, qui porte à bout de bras cette pépite de la rentrée.

 

positif logo

Que le film réussisse à tenir sur un argument aussi mince est une manière de tour de force ; son charme est ténu, mais réel, surtout pour le plaisir d’admirer l’art d’une comédienne, bien épaulée par ses partenaires humains, notamment la subtile Olivia Côte [...].

 

premiere

Un film qui n’a jamais peur de ses émotions et dont la sensibilité extrême et riche en éclats de rire comme en crises de larmes ne verse à aucun moment dans la sensiblerie. Espérons que Caroline Vignal ne nous laisse pas encore vingt ans sans nouvelles ! 

Lire la critique  

 

tlrama

Une tragi-comédie pétillante où, chemin faisant, Laure Calamy crève l’écran. 

 

Cahiers du cinma logo

Petite silhouette perdue, improbable Don Quichotte avançant avec son Sancho Panza au poil grisonnant sur la ligne bleue des Cévennes, Antoinette réalise la synthèse entre les figures burlesques du muet et certaines héroïnes flamboyantes et intrépides du cinéma des années 1970. 

 

critikat2

Le film propose un cadre presque idéal pour le déploiement du jeu de Laure Calamy. 

Lire la critique  

 

lavoixdunord

À ce titre, on ne peut qu’applaudir le choix de Laure Calamy, la secrétaire un chouïa mesquine de Dix pour cent, qui obtient enfin un premier rôle à sa mesure. Radieuse, naïve, émotive… Avec une richesse de jeu qui inclut l’autodérision, elle donne à ce portrait de femme un air de douce fantaisie qui déjoue les pronostics. 

Lire la critique