jeunejulietteaffiche2

Jeune Juliette

2019

Canada

1h37

de Anne Émond.

avec Alexane Jamieson (Juliette), Léanne Désilets (Léane), Antoine DesRochers (Liam), Christophe Levac (Pierre-Luc), Robin AubertGabriel BeaudetStéphane CrêteSandra DumaresqThéa Désilets (Sabrina), Karl Farah...

jeunejulietteaffichebandeannonce


Juliette est effrontée, malicieuse, un peu grosse et menteuse. Elle n’est pas vraiment populaire au collège mais ce n’est pas grave puisque, de toutes façons : « c’est tous des cons » ! Avec sa copine Léane, la seule et l’unique, elle partage dans la joie et la bonne humeur les moqueries sur cet entourage tellement conformiste et soumis au regard des autres. En effet, s’intégrer au collège signifie souvent chambrer les souffre-douleurs quand on n’en est pas un, suivre l’exemple des élèves les plus « cool » pour se sentir exister et, à défaut, tenter au maximum de rester invisible pour éviter les ennuis. Juliette est l’inverse de tout ça ! Du haut de ses 14 ans, elle suit son chemin, même s’il est parfois semé d’embûches, et elle le fait avec aplomb et confiance ! L’indépendance n’est pas du goût de tout le monde : la majorité silencieuse a tendance à observer avec un mélange de dédain et d’admiration ceux qui osent affirmer leur singularité ! Voilà pourquoi Juliette est si formidable et attachante.

La comédie québécoise pourrait être un genre en soi tant le ton y est reconnaissable et particulier ! En racontant le quotidien – loin d’être ennuyeux! – de ce personnage pétillant, Anne Émond signe un remarquable feel good movie familial qui ravira les petits et les grands !

"Derrière son côté attachant et fantasque, Jeune Juliette est un film plus grave qu’il n’y paraît sur la difficulté à devenir soi, quand on est jeune et différent de la norme ambiante. Un film à conseiller à tous les adolescents et leurs parents." A voir à lire


La petite histoire

 Anne Emond reconnaît qu’il y a beaucoup d'elle dans son film. "Je suis née en 1982. J’ai donc bien connu la fin des années 1980 et les années 1990. J’étais une adolescente très rondelette, je pesais près de 40 kilos de plus que maintenant. Comme Juliette, j’étais très solitaire, je n’avais qu’une, peut-être deux amies. L’imagination survoltée de Juliette, qui se raconte beaucoup d’histoires et s’écrit des lettres à elle-même, est également très proche de moi, tout comme l’intimidation à laquelle elle doit faire face à l’école. Je l’ai vécue... En revanche, je n’avais pas du tout sa répartie. Quand on se moquait de moi, je devenais toute rouge, je rasais les murs. Je pense que la femme de 36 ans que je suis maintenant a eu envie et besoin de répondre à ces gamins qui m’ont mené la vie dure. C’est une vengeance un peu ludique."

Les marqueurs temporels de Jeune Juliette sont assez flous. L’image et les couleurs rappellent les années 1980, on parle de téléphones portables même s'ils ne sont pas montrés. "Que l’on soit jeune dans les années 1980 ou dans les années 2020, les grandes émotions restent les mêmes. Même si l’époque et la manière de communiquer ont changé. En parlant avec mes jeunes actrices je me suis rendu compte que beaucoup de relations amoureuses débutent ou se terminent désormais par SMS. Les gens se draguent par texto même s’ils sont dans la même classe, c’est incroyable ! Mais en même temps, le premier rejet, la première histoire d’amour, la première dispute avec les meilleures amies : ils se ressentent de la même manière. Peu importe la technologie utilisée. C’est pour ça qu’on a fait des choix plus intemporels", explique Anne Emond.