Prochainement

loeuvresansauteuraffiche wildroseaffiche yuliaffiche roadsaffiche letigredubengaleaffiche letombeauhindouaffiche mantarayaffiche wonderlandaffiche factoryaffiche donniedarkoaffiche diegomaradonaaffiche lesfaussairesdemanhattanaffiche ricordiaffiche revesdejeunesseaffiche mizoguchiaffiche lescontesdelalunevagueapreslapluieaffiche lintendantsanshoaffiche lesamantscrucifiesaffiche laruedelahonteaffiche oyusamaaffiche lesmusiciensdegionaffiche unefemmedontonparle1 limperatriceyangkweifaiaffiche unegrandefilleaffiche onceuponatimeinhollywoodaffiche perdrixaffiche legangsterleflicetlassassinaffiche 

unefemmedontonparle1

Une femme dont on parle

Uwasa no Onna

1954

Japon

1h23

de Kenji Mizoguchi.

avec Kinuyo Tanaka (Hatsuko Mabuchi), Tomoemon Otani (Dr. Kenji Matoba), Yoshiko Kuga (Yukiko Mabuchi), Eitarô Shindô (Yasuichi Harada), Bontarô Miake (Kobayashi), Chieko Naniwa (Osaki), Haruo Tanaka (Kawamoto), Hisao Toake (Yamada), Michiko Ai (Aioi Dayu), Sachiko Mine (Chiyo)...


Dans le quartier des plaisirs de Kyoto, Hatsuko dirige une maison de geishas. Étudiante à Tokyo, sa fille, Yukiko, revient chez sa mère après une tentative de suicide. D’allure et de tempérament moderne, elle rejette le métier de sa mère. Sans le savoir, les deux femmes vont s’éprendre du même homme, obligeant Yukiko à devenir ce qu’elle hait par-dessus tout...

"Connu pour une scène fameuse où une paire de ciseaux se transforme en arme blanche, ce Mizoguchi dernière époque, à la virtuosité sèche et sans fioritures, est un chef-d’œuvre imparable et cinglant. Du très grand Mizoguchi à voir et à revoir sans modération pour vérifier encore et encore que c’est quand même lui le plus grand." A voir à lire 

« Prenez Ophuls et Lang, et vous aurez Mizoguchi : la souffrance féminine enserrée dans un étau. Comme le sceau de la douleur, un coin triangulaire s’enfonce dans l’image, coupant toute échappée ; cette géométrie du désespoir dessine un destin. Mizoguchi traite, dans ce film, d’une situation racinienne : les tourments d’une femme amoureuse d’un homme plus jeune qu’elle, qui se met à regarder sa fille. Rien de théorique dans cette mise en scène frémissante et tendue, fluide et acérée, subtile et impérieuse. Chez Mizoguchi, le souci de vérité n’entrave pas l’imagination. Sans juger ses personnages, le cinéaste exacerbe leurs rapports. Clarté et intensité conjuguent leurs pouvoirs. » Philippe Roger, Télérama