Prochainement

loeuvresansauteuraffiche wildroseaffiche yuliaffiche roadsaffiche letigredubengaleaffiche letombeauhindouaffiche mantarayaffiche wonderlandaffiche factoryaffiche donniedarkoaffiche diegomaradonaaffiche lesfaussairesdemanhattanaffiche ricordiaffiche revesdejeunesseaffiche mizoguchiaffiche lescontesdelalunevagueapreslapluieaffiche lintendantsanshoaffiche lesamantscrucifiesaffiche laruedelahonteaffiche oyusamaaffiche lesmusiciensdegionaffiche unefemmedontonparle1 limperatriceyangkweifaiaffiche unegrandefilleaffiche onceuponatimeinhollywoodaffiche perdrixaffiche legangsterleflicetlassassinaffiche 

lescontesdelalunevagueapreslapluieaffiche2

Les contes de la lune vague après la pluie

Ugetsu monogatari

1953

Japon

1h37

de Kenji Mizoguchi.

avec Machiko Kyô (Lady Wakasa), Mitsuko Mito (Ohama), Kinuyo Tanaka (Miyagi), Masayuki Mori (Genjurô), Eitarô Ozawa (Tôbei), Sugisaku Aoyama (Vieux prêtre), Mitsusaburô Ramon (Capitaine des soldats Tamba), Ryôsuke KagawaKichijirô UedaShôzô Nanbu...


XVIe siècle. Deux villageois ambitieux partent à l’aventure : le potier Genjuro désire profiter de la guerre pour s’enrichir, le paysan Tobei rêve de devenir un grand samouraï. À la ville, Genjuro est entraîné par une belle et étrange princesse dans son manoir où il succombe à ses sortilèges... Pendant ce temps, le malheur fond sur les épouses délaissées : Ohama est réduite à la prostitution, Miyagi est attaquée par des soldats affamés.

Mizoguchi mêle avec une grâce infinie la description de la réalité la plus crue, la plus terrible, et les échappées dans l'imaginaire de ses personnages. Aucun effet facile, aucune « ficelle ». Tout le film coule avec une limpidité qui vous tient sous le charme d'un bout à l'autre. Ces Contes de la lune vague… sont un poème de sagesse au chant envoûtant, ils sont la paix même, ils sont parfois la joie profonde au cœur de la tragédie, ils sont la sérénité et la grandeur…

"Réputé comme d’un des meilleurs films au monde, Les contes de la lune vague après la pluie reste, plus de soixante ans après sa réalisation, un chef-d’œuvre fascinant, aussi beau que profond." A voir à lire 

"Si j'ai choisi la forme d'un "conte de fantôme", c'est que je ne peux pas exprimer et traiter mon sujet dans un style réaliste et contemporain. Cette forme m'est absolument nécessaire pour exprimer d'une façon satirique et critique mes idées sur la société et sur l'histoire. Je ne recherche pas seulement un effet de surprise et de curiosité." Kenji Mizoguchi