Prochainement

loeuvresansauteuraffiche wildroseaffiche yuliaffiche roadsaffiche letigredubengaleaffiche letombeauhindouaffiche mantarayaffiche wonderlandaffiche factoryaffiche donniedarkoaffiche diegomaradonaaffiche lesfaussairesdemanhattanaffiche ricordiaffiche revesdejeunesseaffiche mizoguchiaffiche lescontesdelalunevagueapreslapluieaffiche lintendantsanshoaffiche lesamantscrucifiesaffiche laruedelahonteaffiche oyusamaaffiche lesmusiciensdegionaffiche unefemmedontonparle1 limperatriceyangkweifaiaffiche unegrandefilleaffiche onceuponatimeinhollywoodaffiche perdrixaffiche legangsterleflicetlassassinaffiche 

factoryaffiche2

Factory

Zavod

2018

Russie / France / Arménie

1h49

de Yuriy Bykov.

avec Andrey Smolyakov (Kalugin), Denis Shvedov (Le Gris), Vladislav Abashin (Le Brouillard), Aleksandr Bukharov (Terekhov), Aleksey Faddeev (Sexton), Ivan Yankovskiy (Vovka), Dmitriy Kulichkov (Spotty), Ilya Sokolovskiy (Captain Dadakin), Sergey Sosnovskiy (Cossack), Aleksey Komashko (Le Septième)...


Réagissant à la vente frauduleuse de leur usine, plusieurs ouvriers décident d’enlever l’oligarque propriétaire des lieux. Ils sont menés par “Le Gris”, un ancien des forces armées. L’enlèvement tourne à la prise d’otage, et, rapidement, la garde personnelle du patron encercle les lieux. 

"Un film d'action énervé, à haute teneur politique. L'action se concentre en une nuit, quasiment en huis-clos dans et devant la porte de l'usine, avec quelques échappées sur les immenses paysages de désolation qui l'entourent. S'il a de faux airs de western post-soviétique, la référence hollywoodienne de Factory, c'est clairement le polar politique des années 70-80, lequel, sous couvert de fiction, dénonçait en rafale les scandales politiques et financiers qui gangrénaient l'Amérique. Fidèle à cette forme, sèche, nerveuse, raisonnablement pessimiste, Factory s'accommode tout aussi peu de fioritures de dialogues que d'explications psychologisantes. On y retrouve en particulier les ingrédients des films de John Carpenter  : rythme, lumière, mise en scène, jeu et des comédiens – jusqu'à la musique. Et surtout cet attachement à filmer les exclus, les marginaux, les laissés-pour-compte... oilà du grand cinéma d'action russe, pas atrophié des neurones !'" Utopia