Prochainement

yvesaffiche goldengloveaffiche lafemmedemonfrereaffiche unpoildiffrenteaffiche etjechoisisdevivreaffiche yesterdayaffiche solongmysonaffiche pourlessoldatstombesaffiche rojoaffiche pauvregeorgesaffiche vitaetvirginiaaffiche joelaffiche acusadaaffiche innadeyardaffiche lesenfantsdelameraffiche loeuvresansauteuraffiche wildroseaffiche yuliaffiche roadsaffiche letigredubengaleaffiche letombeauhindouaffiche mantarayaffiche wonderlandaffiche factoryaffiche3 diegomaradonaaffiche lesfaussairesdemanhattanaffiche3 ricordiaffiche revesdejeunesseaffiche3 lescontesdelalunevagueapreslapluieaffiche lintendantsanshoaffiche lesamantscrucifiesaffiche laruedelahonteaffiche oyusamaaffiche lesmusiciensdegionaffiche unefemmedontonparle1 limperatriceyangkweifaiaffiche perdrixaffiche 

solongmysonaffiche2

So Long, My Son

Di jiu tian chang

2019

Chine

3h05

de Wang Xiaoshuai

avec Wang Jingchun (Liu Yaojun), Mei Yong (Wang Liyun), Qi Xi (Shen Moli), Jiang Du (Hao Shen), Liya Ai (Li Haiyan), Guo-Zhang Zhao-Yan (Zhang Xinjian), Wang Roy (Liu Xing)...


Au début des années 80, Liyun et Yaojun forment un couple d’ouvriers heureux, liés par une profonde amitié à deux autres familles travaillant dans la même usine. Le contexte politique et un accident tragique vont précipiter leur dispersion : chacun emprunte alors un chemin différent, guidé par la fortune et ses revers, marqué par le poids de la perte et de la culpabilité. 

C’est une fresque de toute beauté, retraçant quarante ans de la vie d’un couple et autant d’années d’évolution de la société chinoise. Mélodrame souvent bouleversant mais ne se départissant jamais d’une profonde bienveillance, So long, my son mêle l’intime à l’historique, le tragique au politique. Par un montage complexe et pourtant fluide, fait d’allers-retours dans l’espace et le temps, Wang Xiaoshuai construit patiemment un portrait saisissant, critique mais sans véhémence, de son pays et de ses transformations. À travers les destins croisés de ses personnages, ce sont quatre décennies de l’histoire de la Chine qui nous sont contées : les répercussions de la révolution culturelle, les carcans idéologiques, la politique de l’enfant unique, le fossé entre la Chine rurale et la Chine urbaine et les mutations profondes du pays... Autant de circonstances qui influent sur l’existence concrète de la population, jusque dans sa vie privée : So long, my son est une œuvre sur la culpabilité et la résilience, sur la transmission et le pardon. 

Élégant contrepoint au cinéma plus « formaliste » de son compatriote Jia Zhang-Ke, le film de Wang Xiaoshuai est empreint d’une grande douceur et d’une belle générosité dans l’émotion : un drame poignant et intense, porté par un indéfectible souffle de vie.