Prochainement

lefilsaffiche lesnuitsenoraffiche parasiteaffiche piranhasaffiche lautrecontinentaffiche lesparticilesaffiche etrevivantetlesavoiraffiche lacitedelapeuraffiche zombichildaffiche lunedemielaffiche unhavredepaixaffiche ledaimaffiche tolkienaffiche noureevaffiche bunuelaffiche 

lautrecontinentaffiche2

L'autre continent

2018

France / Taïwan

1h30

de Romain Cogitore.

avec Déborah François (Maria), Paul Hamy (Olivier), Réginal Kudiwu (Florian), Vincent Perez...


Une histoire d’amour, c’est toujours deux mondes qui se rencontrent, se découvrent et s’apprivoisent. Apprendre à se connaître, dans les moindres recoins. Observer les réactions de l’autre, d’abord avec curiosité, puis avec bienveillance. Recevoir les détails comme autant de signes rassurants qui font qu’il est bien celui qu’on a aimé et qu’on aime encore...

Entre Maria et Olivier, tout a commencé à Taïwan. Elle est impatiente, rebelle et indépendante. Il est timide, bosseur et discipliné. Elle écrit un livre et est experte en néerlandais. Il parle quatorze langues. Entre eux, c’est assez évident et la relation se construit. Mais la vie, parfois, rend les choses plus compliquées : les mauvaises nouvelles foudroient le quotidien et celle qui atteint le jeune couple plus encore que n’importe quelle autre. Peu à peu, tout lâche... Tout, sauf Maria.

Ce film est un petit bijou ! Il construit un univers visuel singulier et poétique au service d’un récit sensible. Le duo formé par Paul Hamy et Déborah François illumine L’autre continent : ils sont complices, tout en subtilité et particulièrement dans ce qui les différencie. Reposant sur une mise en scène riche, la narration est gracieuse et inventive : les trouvailles visuelles et scénaristiques nous emportent dans la joie de cette rencontre et rendent perceptible la force quasiment surnaturelle du lien qui les unit. Cet attachement peut tout, mais l’humain est organique jusqu’au tréfonds de son esprit et là-dessus même l’amour n’a pas de prise... C’est beau, c’est fort : L’autre continent raconte magnifiquement une tragédie bien ordinaire avec les mots du cinéma.


La petite histoire

Le scénario de L'Autre continent est né d'une histoire qu’une jeune femme a racontée à Romain Cogitore. Le metteur en scène se rappelle : "Je pensais d’abord qu’elle évoquait la mémoire d’un disparu, tant il y avait de tristesse, d’émotion - et aussi d’amour - dans son récit. Et puis, de rebondissement en rebondissement - souvent incroyables - j’ai peu à peu compris que le garçon dont elle parlait n’était pas mort ; mais que c’était un homme dont elle essayait de se détacher… Au-delà de la figure tragique de Maria, il y avait aussi quelque chose de profondément contradictoire dans cette histoire : celle d’un amour qui a une force prodigieuse, qui va jusqu’à vaincre la mort ; et en même temps qui demeure d’une grande fragilité, qui ne résiste pas à tout. Cette contradiction nous concerne tous et c’est un thème que le cinéma traite peu.

Une partie du film a été tournée à Taïwan. Romain Cogitore ne connaissait pas l'endroit et le découvrir a aussi été un moyen de se rapprocher de la jeune femme qui lui avait raconté son histoire. Le cinéaste confie : "Les repérages et le tournage là-bas ont compté parmi les plus belles étapes de cette aventure. J’y suis allé une première fois en pré-repérages en 2016, puis une deuxième fois pour les repérages finaux un an plus tard. C’était un énorme luxe par rapport à mon premier film, Nos Résistances, où les repérages ont tous été faits à la dernière minute, et où il était donc impossible de concevoir une mise en scène à l’avance. Le plus dur ici, finalement, était de réussir à glaner toutes les pièces du kaléidoscope en un temps très court, à gérer cette fragmentation des séquences, à laquelle je tenais par-dessus tout."