Prochainement

  ladieualanuitaffiche2 90saffiche untramwayajerusalemaffiche monroviaindianaaffiche deboutaffiche jevoisrougeaffiche leshautsdehurleventaffiche lesaffameursaffiche gloriabelleaffiche duellesaffiche tremblementsaffiche dieuexisteaffiche alicetaffiche herjpbaffiche jessicaforeveraffiche 68monpereetlesclousaffiche astridaffiche lechantdelaforetaffiche thereportsaffiche thedeaddontdieaffiche meursmonstremeursaffiche2

lesaffameursaffiche2

Les affameurs

Bend of the River

1952

Etats-Unis

1h31

de Anthony Mann.

avec James Stewart (Glyn McLyntock), Arthur Kennedy (Emerson Cole), Julie Adams (Laura Baile), Rock Hudson (Trey Wilson), Jay C. Flippen (Jeremy Baile), Lori Nelson (Marjie Baile), Chubby Johnson (Cap'n Mello), Stepin Fetchit (Adam), Harry Morgan (Shorty), Howard Petrie (Tom Hendricks)...


Deux hommes au passé trouble, Glyn McLyntock et son ami Emerson Cole, escortent la longue marche d'un convoi de pionniers. Arrivés à Portland, les fermiers achètent des vivres et du bétail que Hendricks, un négociant de la ville, promet d'envoyer avant l'automne. Les mois passent et la livraison se fait attendre. McLyntock alors retourne à Portland avec Baile, le chef du convoi. Ils découvrent une ville en proie à la fièvre de l'or. Hendricks, qui prospère en spéculant sur ce qu'il vend aux prospecteurs, refuse de livrer la marchandise. Cole et McLyntock s'en emparent de force. Mais les vivres suscitent la convoitise de tous...

"Les Affameurs est une illustration superbe des rapports que ce grand réalisateur aimait tisser entre les paysages et les actions de personnages torturés. Une forêt dans la nuit préfigure le danger d’une clairière où des indiens se reposent. Le sommet d’une montagne hérissée de pierres et parsemé de neige est le lieu de l’humiliation pour McLyntock. La rivière tumultueuse et transparente, le terme victorieux de sa quête. James Stewart, le dos légèrement voûté, le regard voilé par une tristesse indéfinissable, capable d’éclairs de violence désespérés, est la parfaite représentation de ces héros fatigués qui hantent les westerns de Mann." Télérama