Prochainement

cestcalamouraffiche dumboaffiche synonymesaffiche boyerasedaffiche styxaffiche companerosaffiche  stillrecordingaffiche lauraaffiche laluttesdesclassesaffiche curiosaaffiche lossilenciosaffiche telavivonfireaffiche commesideriennetaitaffiche lhommealamotoaffiche titoetlesoiseauxaffiche lheritagedes500000affiche leventdelaliberteaffiche

stillrecordingaffiche2

Still Recording

Lissa Ammetsajjel

2018

Syrie / Liban / Qatar / France

2h08

de Saeed Al Batal etGhiath Ayoub.


En 2011, Saeed la vingtaine, étudiant ingénieur, quitte Damas pour Douma (Ghouta orientale) et participer à la révolution syrienne. Il sera rejoint plus tard par son ami Milad, peintre et sculpteur, alors étudiant aux beaux-arts de Damas.
Dans Douma libérée par les rebelles, l’enthousiasme révolutionnaire gagne la jeunesse, puis c’est la guerre et le siège. 
Pendant plus de quatre ans, Saeed et Milad filment un quotidien rythmé par les bombardements, les enfants qui poussent dans les ruines qu’on graffe, les rires, un sniper qui pense à sa maman, la musique, la mort, la folie, la jeunesse, la débrouille, la vie.
Radiographie d’un territoire insoumis, un regard d’une densité exceptionnelle sur la guerre dans un mouvement de cinéma et d’humanité saisissant.


La petite histoire

 Tourné sur presque 5 ans (2011-2015) avec environ 450 heures de rushes, Still Recording a été un vrai défi technique, artistique et financier. "Ce film qui est selon moi un documentaire et un document exceptionnel sur l’histoire récente de la Syrie et sur la nécessité vitale que peut avoir le cinéma", déclare le producteur Mohammad Ali Atassi.

En 2006, le réalisateur syrien Saeed Al Batal a rejoint la faculté d’ingénieurs de Damas. Il a ensuite décidé de s’installer à Douma, à 20 kilomètres de la capitale. "J’y suis resté jusqu’à la Révolution en 2011 et puis la guerre qui s’en suivit. Il y a eu l’euphorie des débuts avec la libération et l’autogestion de la ville par les rebelles. Ce film est une observation de ce qui s’est passé pour nous, pour toute ma génération, celle qui a cru à la Révolution. Une réflexion avec un oeil tranquille, afin d’essayer d’apprendre les leçons perdues ou oubliées, de rendre hommage ou bien encore, faire quelques excuses."