Prochainement

            

Première année

2018

France

1h32

de Thomas Lilti.

avec Vincent Lacoste (Antoine), William Lebghil (Benjamin), Alexandre Blazy, Michel Lerousseau (Serge, le père de Benjamin), Darina Al Joundi (Martine)...


Antoine entame sa première année de médecine pour la troisième fois. Benjamin arrive directement du lycée, mais il réalise rapidement que cette année ne sera pas une promenade de santé. Dans un environnement compétitif violent, avec des journées de cours ardues et des nuits dédiées aux révisions plutôt qu'à la fête, les deux étudiants devront s’acharner et trouver un juste équilibre entre les épreuves d’aujourd’hui et les espérances de demain.

"En décidant de suivre un binôme d’étudiants où chacun a ses propres enjeux (Benjamin venant d’entrer dans les études supérieures et Antoine entamant sa toute dernière chance), il aborde le sujet sous le meilleur angle possible cette année marathon si singulière, en jouant sur les mécanismes et les enjeux que ce genre de duo peut engendrer, les joies, les colères, les rires, les pleurs, l’euphorie, la rancœur, etc. Le réalisateur va pourvoir en aborder tous les aspects, à taille humaine comme avec une vision plus globale. Le tout en dressant un tableau fidèle mais surtout très sincère sur la PACES, comme il a si bien l’habitude de le faire, nous prouvant encore une fois son talent d’écriture.

Un talent d’écriture d’autant plus appréciable qu’il est mis en valeur par son talent de mise en scène. En effet, il ne se contente pas de nous montrer une année d’étude comme le ferait un reportage d’émission tel que « 90 minutes enquête », mais nous la narre, et ce avec beaucoup de percussions. 

Pour finir, le travail des deux comédiens est parfait, notamment William Lebghil, qui nous prouve enfin qu’il peut jouer autre chose qu’un adolescent simplet et nous confirme son talent. En résumé, avec Première année, Thomas Lilti nous offre une fenêtre sur une PACES, dure et intransigeante, mais sincère comme nous le montre la fin douce-amère, avec un film dont la narration et la réalisation sont soignées : on ne pouvait pas mieux traiter ce sujet." Abus de Ciné