Prochainement

           

Joueurs

2018

France

1h45

de Marie Monge.

avec Tahar Rahim (Abel), Stacy Martin (Ella), Karim Leklou (Nacim), Bruno Wolkowitch (Ivo), Marie Denarnaud (Sandra), Jean-Michel Correia (Diako), Henri-Noël Tabary (Romain), Jonathan Couzinié (Franck), Roman Kossowski (Simon)...


Lorsqu'Ella rencontre Abel, sa vie bascule.
Dans le sillage de cet amant insaisissable, la jeune fille va découvrir le Paris cosmopolite et souterrain des cercles de jeux, où adrénaline et argent règnent.
D’abord un pari, leur histoire se transforme en une passion dévorante.


La petite histoire

 L’inspiration première de Joueurs vient autant du monde des Cercles de jeux, peu vus au cinéma, que de ce couple de personnages qui envisagent leur histoire d’amour comme une partie de jeu de hasard. La réalisatrice Marie Monge explique : "L’intention ancienne, la genèse du film, remonte à la première fois où, dans un Cercle, j’ai découvert un monde fascinant, dont j’ignorais l’existence. Mais ce qui m’a donné envie d’en faire un film, ce sont les gens que j’y ai rencontrés, tous ces personnages qui peuplent ce milieu. Le cercle, au fond, n’est jamais que l’arène."

Lorsque Marie Monge a découvert cet univers souterrain des cercles de jeux, elle a été frappée par le fait qu’on y trouve toutes sortes de gens très différents : toutes les classes sociales, tous les âges s’y mélangent et y convergent quand le reste de la ville ferme et s’éteint. "Il y a ceux qui viennent après avoir fait la fête, les commerçants du quartier, les habitués, des touristes, des gens qui tuent l’ennui, des vrais drogués… Au sein de cette faune nocturne, on trouve toutes sortes de cultures, de langues, de nationalités diverses qui se côtoient dans une espèce de monde parallèle, comme ils ne le font pas dans la société", précise la cinéaste. 

C'est surtout les perdants (comme le personnage de Tahar Rahim) qui ont marqué Marie Monge lors de sa phase d'observation : ceux qui n’ont pas vraiment de rapport à l’argent et pour qui le jeu est un mode de vie. Elle explique : "Des types bigger than life, menteurs, manipulateurs, mais qui mettent de l’intensité partout ; des types qui déploient beaucoup de ressources pour pouvoir continuer à jouer, mais dont on peut aussi se demander s’ils ne jouent pas justement pour pouvoir piocher dans leurs ressources… Ils sont très forts, capables de se sortir de situations pas possibles, et à la fois, ils sont complètement inadaptés à la vie. Ils sont très destructeurs, très autodestructeurs."