Prochainement

                        



A propos du film

La grève

de Sergueï M. Eisenstein avec Alexandre Antonov, Grigori Aleksandrov... 1h22

Dans la Russie tsariste de 1912, La révolte gronde au sein d'une des plus grandes usines du pays. Poussés à bout par des conditions de travail exécrables, les ouvriers ne tardent pas à faire valoir leurs droits en brandissant la menace de la grève. Le suicide d'un ouvrier accusé de vol par la direction déclenche la colère des travailleurs qui s'empressent de descendre dans la rue. Désireuse de mettre au plus vite un terme à ces agissements, sans pour autant céder aux revendications, la direction de l'usine choisie l'affrontement et s'en remet aux troupes gouvernementales qui investissent le quartier des ouvriers...

en savoir 


A propos de Spirit au Théâtre de la Manufacture

Texte et mise en scène Nathalie Fillion

du 30 janvier au 2 février

Comédie occulte et psychédélique du siècle 21

 

24 rue Beaunier, Paris, quatorzième arrondissement.
Ici vécut Vladimir Ilitch Oulianov, dit Lénine, de décembre 1908 à juillet 1909. Sur la façade de l’immeuble une plaque gravée en atteste.

2016 : sans le savoir, trois soeurs emménagent dans l’ancien appartement du père de la Révolution russe. Entre elles et lui, il y a un siècle, le vingtième, ses espoirs déçus et ses rêves brisés. Entre les ombres du passé et notre XXIe siècle qui se construit dans l’ivresse de la surface, des écrans plats et des open-spaces, le théâtre de Nathalie Fillion tresse des liens, bâtit des cheminées de temps par lesquelles s’engouffrent des spectres. Ainsi hantée par des mythes, la scène ne manque ni d’humour ni de subtilité. Alors, Que faire ? comme disait Lénine. Agir ? Se faire du bien ? S’engager ou consommer ? Collectivement ? Individuellement ? Troublant et palpitant comme un polar fantastique, Spirit fait vibrer nos inquiétudes et questionne nos certitudes.

Dans une langue qui tire un fil entre lyrique et prosaïque, entre sensualité et histoire, entre pénombre et lumière vive, ces esprits facétieux nous entraînent dans la quête d’une légèreté qui n’est pas sans profondeur.